Bons plans

CAP DE CREUS

Pour profiter du meilleur d’une destination lors d’un court séjour.

Le Cap de Creus, tout au nord de la Catalogne, est un coin de pays qu’adorait le peintre Salvador Dalí, au point d’en faire son repaire ultime, à quelques lieues de son Figueres natal. Loin de la cohue des circuits touristiques traditionnels, il est facilement accessible de Barcelone ou du sud-ouest de la France.

Pour se régaler de spécialités locales

Ca’ L’Herminda

Haut lieu gastronomique du village de Port de la Selva, à quelques brasses derrière Cadaqués, ce restaurant familial un brin rustique propose une délicieuse cuisine locale : plats de riz, poissons et fruits de mer déclinés à tous les parfums et servis à toutes les sauces. La carte des vins, sans prétention, fait la part belle aux produits des environs, d’où viennent d’ailleurs tous les ingrédients. Le riz au homard est spécialement remarquable.

Carrer de l’Illa, 7, El Port de la Selva

Pour remonter le temps jusqu’au Moyen Âge

Monastère Sant Pere de Rodes

Point d’origine de l’un des chemins historiques de Compostelle, le monastère de Sant Pere de Rodes trône sur une colline à plus de 300 m au-dessus de la baie de Port de la Selva, en contrebas des ruines du Castell de Verdera, depuis le tournant du deuxième millénaire. Reconverti en musée, il demeure peut-être l’exemple le plus probant (et le plus célèbre) d’architecture religieuse médiévale en Catalogne, et renferme certains trésors, dont des mosaïques quasiment millénaires ayant survécu aux pirates et aux barbares. En voiture, on s’y rend par une route serpentant tout le flanc de la colline ; à pied, il faut compter trois bonnes heures d’ascension. La vue, de là-haut, en vaut largement la peine.

Pour marcher sur les traces de Dalí

Cadaqués

Refuge du maître absolu du surréalisme, Salvador Dalí (1904-1989), le village historique de Cadaqués s’est transformé au cours du siècle dernier en véritable destination internationale, prisée des touristes bon chic bon genre venus d’un peu partout en Europe, attirés par la température clémente, la nature uniquement belle… et la réputation du plus célèbre de ses habitants. Une pléthore d’artistes, plus ou moins contemporains du peintre catalan, a foulé ces mêmes sols, dont Picasso, Miró, Man Ray. Aujourd’hui, on peut visiter la maison que Dalí a fait construire en 1930 sur la baie de Port Lligat, et dans laquelle il a vécu en intermittence jusqu’à la disparition de sa femme, Gala, en 1982.

Pour converser avec la nature

La Selva

À mi-chemin de la route qui mène vers le monastère de Sant Pere de Rodes, le minuscule village de La Selva (dont le port adopte le nom) vaut le sacrifice d’un après-midi tranquille et presque silencieux à l’ombre de ses arbres centenaires – et au creux de son vallon protecteur, tant la forêt (selva, en catalan) a servi de retranchement naturel contre les pirates et autres mécréants, ce qui a permis la culture de l’olivier et de la vigne, et l’approvisionnement des moines, voisins, en des temps immémoriaux. N’en persistent plus aujourd’hui que de discrètes réminiscences, de rues pavées en moulins immobiles.

Pour se rapprocher de la Méditerranée

Les calanques

Grâce à leur relief et à leur morphologie, les paysages du nord de la Catalogne se rapprochent de ceux, autrement plus connus, du sud-ouest de la France et des côtes provençales, sinon qu’ils demeurent à peine plus sauvages. Le cap compte son lot de calanques, certes d’une facilité d’accès variable pour quiconque ne possède pas d’embarcation, mais dont la fréquentation promet une idylle avec la mer et la nature environnante sans cesse renouvelée. Autour de Port de la Selva, les plus célèbres sont la Cala Tamariua (à une vingtaine de minutes de marche), la Cala Fornells et la Cala Tavallera (à deux ou trois heures à pied – ou quatre fois moins en bateau).

Pour une excursion patrimoniale

Peralada

Au-delà des ruines de Santa Creu de Rodes (voisines du monastère) et derrière la plaine de Roses, à une vingtaine de kilomètres à l’intérieur des terres, l’échappée à Peralada propose une autre facette du patrimoine local, que ce soit grâce à son étonnant château, hôte chaque été d’un important festival de musique, et dont les origines remontent au IXe siècle de notre ère, ou simplement par son importante activité vinicole, levier économique classique en ces terres réputées pour leurs vins rouges très charpentés et rustiques.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.