Analyse

Doug Wilson a appris de ses erreurs

Au moment de cibler un attaquant de location pour pallier la perte de Joe Thornton, blessé, et le vide laissé par le départ de Patrick Marleau l’été dernier, le DG des Sharks de San Jose Doug Wilson a visé un joueur de 26 ans, et il a refusé de surpayer.

Evander Kane est passé des Sabres de Buffalo aux Sharks à la date limite des échanges en retour d’un choix conditionnel au repêchage et d’un espoir de deuxième ordre, Dan O’Reagan. 

Si les Sharks retiennent les services de Kane après la saison, ils devront offrir un choix de premier tour aux Sabres. Mais si Kane change d’équipe à compter du 1er juillet en vertu de son éventuel statut de joueur autonome, San Jose perdra seulement un choix de deuxième tour.

On pouvait comprendre la prudence de Wilson. Kane possède un talent fou. Mais il a souvent causé une distraction dans son vestiaire pour des histoires controversées sur les réseaux sociaux. Il a aussi été arrêté en juillet 2016 après une altercation dans un bar avec une femme. (Les accusations contre lui ont finalement été retirées en mai 2017.)

Kane a eu un impact dès son premier match des séries avec les Sharks… son premier match de séries en neuf ans de carrière dans la Ligue nationale, devrait-on dire ! Ce quatrième choix au total en 2009 a marqué deux buts jeudi soir et San Jose a battu les Ducks d’Anaheim 3-0.

« J’ai consulté plusieurs de nos vétérans avant de faire son acquisition. Nous avons de formidables leaders au sein de notre club. […] Je crois aussi qu’Evander, et il sera le premier à l’admettre, a beaucoup mûri ces dernières années. Il a 26 ans. C’est un homme. Il veut devenir un grand joueur, un joueur dominant. Je ne crois pas que nous étions des anges nous non plus à 20, 21 ans. »

— Doug Wilson, DG des Sharks, lors de l’acquisition d’Evander Kane le 27 février dernier

Des échanges imprudents

Un petit retour dans le temps nous montre que Wilson n’a pas toujours été aussi prudent.

2007

Après quelques printemps infructueux, Wilson met tous ses œufs dans le même panier. Le DG des Sharks détient trois choix de premier tour, mais il cède son propre choix au 22e rang et le jeune défenseur Josh Gorges pour obtenir le défenseur Craig Rivet. Avec ce choix, le Canadien repêche Max Pacioretty. Puis, Wilson cède aux Blues de St. Louis un choix obtenu des Devils du New Jersey, 26e au total, en retour de l’attaquant Bill Guerin. Les Blues repêchent David Perron avec ce choix.

Bilan : Malgré l'arrivée de ces joueurs de location, les Sharks sont éliminés au deuxième tour des séries. Guerin obtient deux maigres passes en neuf matchs et il signe ensuite un contrat avec les Islanders de New York. Rivet récolte cinq points en onze matchs et signe une généreuse prolongation de contrat de quatre ans évaluée à 15 millions, avant d’être échangé un an plus tard aux Sabres de Buffalo pour deux choix de deuxième tour. 

2008

L’année suivante, Wilson pèche de nouveau. Il cède aux Sabres de Buffalo son choix de premier tour, 26e au total, pour obtenir Brian Campbell, un joueur de location convoité. Buffalo repêche Tyler Ennis avec le premier choix des Sharks. 

Bilan : Les Sharks sont de nouveau éliminés au deuxième tour. Campbell ne fait que passer et signe un lucratif contrat avec les Blackhawks de Chicago à l’ouverture du marché des joueurs autonomes.

Des paris plus judicieux

Doug Wilson a ensuite ajusté sa stratégie. S’il a continué d’échanger des choix de premier tour, il a cessé de le faire en retour de joueurs de location.

2009

Wilson échange son choix de premier tour au Lightning de Tampa Bay avec Matt Carle et Ty Wishart pour obtenir le défenseur Dan Boyle.

Bilan : Boyle a joué cinq ans à San Jose à titre de défenseur numéro un et il a obtenu quatre saisons de plus de 45 points.

2011

Wilson cède son choix de premier tour, son meilleur espoir, Charlie Coyle, et Devin Setoguchi, pour obtenir Brent Burns. Le Wild du Minnesota a repêché Zack Phillips avec ce choix. 

Bilan : Seul Coyle s’est accroché au Minnesota, tandis que Burns est devenu un défenseur dominant à San Jose.

2016

Les Sharks acquièrent aussi un joueur clé en retour d’un choix de premier tour : le gardien Martin Jones, fraîchement acquis par les Bruins de Boston des Kings de Los Angeles. Les Bruins repêchent Trent Frederic avec ce choix.

Bilan : Frederic, un centre de 20 ans, a rejoint l’organisation des Bruins en fin de saison, il a obtenu sept points en dix matchs dans la Ligue américaine. Quant à Jones, il a mené les Sharks à la finale de la Coupe Stanley il y a deux ans et a blanchi Anaheim jeudi en lever de rideau des séries. Evander Kane et lui devront continuer de conjuguer leurs efforts pour que les Sharks puissent se rendre loin ce printemps.

Quelques choix douteux

Les recruteurs des Sharks n’ont pas souvent frappé de coups de circuit avec leurs choix de premier tour. Voilà qui explique peut-être pourquoi Doug Wilson n’a jamais hésité à échanger des choix. Quelques exemples : 

2005

Devin Setoguchi (8e au total)… Anze Kopitar repêché deux rangs plus tard.

2006

Ty Wishart (16e au total)… Claude Giroux repêché six rangs plus tard.

2013

Mirco Mueller (18e au total)… San Jose a offert un choix de deuxième tour aux Wings pour s’avancer de quatre rangs et repêcher Mueller, tandis que Detroit a repêché Anthony Mantha avec le choix des Sharks.

2014

Nikolai Goldobin (27e au total)… Déjà échangé, et Adrian Kempe repêché immédiatement après.

2016

Timo Meier (9e au total) devant Mikko Rantanen, Mathew Barzal, Kyle Connor et Brock Boeser.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.