Journaux imprimés

7 %

Les journaux imprimés ne sont la source d’information privilégiée que de 7 % des Américains, contre 11 % il y a deux ans, selon une étude publiée hier par l’institut indépendant Pew Research Center. Les journaux papier arrivent en dernière position, derrière la télévision (44 %), les sites d’informations ou les applications (24 %), la radio (14 %) et les réseaux sociaux (10 %). Seuls 16 % des sondés indiquent lire « souvent » un journal imprimé, contre 27 % il y a cinq ans.

— Agence France-Presse

Belgique

Albert Frère s’éteint

On disait parfois qu’il aurait pu « vendre du sable aux Touaregs » :  le baron Albert Frère, mort hier à l’âge de 92 ans, était l’homme d’affaires le plus célèbre et le plus riche de Belgique, selon le classement Forbes, et un actionnaire incontournable à la Bourse de Paris. « GBL a la tristesse d’annoncer la mort d’Albert Frère. Pendant plus de trois décennies, sous son impulsion, GBL est devenue une des plus grandes holdings d’Europe », a souligné hier cette société. Grâce à ses liens privilégiés avec la banque Paribas, ainsi qu’avec son ami feu Paul Desmarais, il a mis en place une cascade de holdings qui s’enchevêtrent et ont constitué progressivement son empire. L’une des stars en est GBL, holding détenue conjointement avec la famille Desmarais. — Agence France-Presse

Trêve Chine–États-Unis

Encore beaucoup de travail à faire

La trêve commerciale entre la Chine et les États-Unis donne pour la première fois l’espoir de parvenir à de nouvelles règles d’échanges entre les deux géants, mais il faut que « des progrès concrets » interviennent dans les trois mois, a affirmé le ministre des Finances américain, Steven Mnuchin.

Interrogé sur la chaîne CNBC, M. Mnuchin a salué « l’offre sincère » du président chinois Xi Jinping au président Trump « pour ouvrir leur marché aux entreprises américaines », lors d’un dîner de trois heures en marge du sommet du G20 à Buenos Aires, samedi. Mais il a ajouté qu’il fallait « absolument du concret » dans les trois mois pour « déboucher sur un accord réel ».

« C’est la première fois que je vois une trajectoire claire pour réduire le déficit commercial à zéro au cours d’une certaine période », a assuré le ministre des Finances de Donald Trump alors que le déficit des États-Unis avec la Chine s’élève à plus de 335 milliards de dollars par an.

« Il ne fait pas de doute que la stratégie du président Trump d’imposer des tarifs douaniers a marché », a encore affirmé M. Mnuchin, ajoutant que c’était « la première fois » que les Chinois « avaient répondu sur des points très précis » et qu’un accord était intervenu « entre les deux présidents ».

90 jours

Donald Trump a accepté de retarder de 90 jours l’imposition de taxes douanières supplémentaires de 25 % sur 200 milliards US de marchandises chinoises importées, qui sont déjà sujettes à des tarifs douaniers de 10 %.

Le milliardaire menaçait d’augmenter ces taxes le 1er janvier si rien n’avançait.

M. Mnuchin a reconnu qu’il y avait « beaucoup de travail » à faire au cours des trois prochains mois pour parvenir à un accord.

Le dirigeant chinois a accepté d’acheter davantage de produits américains, notamment des produits agricoles, a précisé M. Mnuchin. Dans un tweet dimanche, le président Trump a assuré que la Chine allait « réduire et supprimer » les droits de douane sur les voitures américaines, ce qui n’a pas été confirmé par Pékin.

Les négociations porteront sur « des questions structurelles […] mais aussi sur les droits de propriété intellectuelle, la technologie, le cyberespace et les devises », a ajouté le ministre américain. — Agence France-Presse

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.