Investir

Cogeco s’approche du sans-fil

Le titre de l’entreprise de télécoms bondit de 9 %

Une éventuelle percée dans le secteur du sans-fil par Cogeco Communications se ferait d’abord dans des régions du Québec et de l’Ontario où l’entreprise offre déjà ses services de câblodistribution et d’internet.

Toujours prudent dans ses commentaires, le président et chef de la direction de l’entreprise, Louis Audet, a voulu faire le point sur ce dossier, hier, en disant vouloir répondre à de nombreuses questions de la part d’investisseurs.

Dans le passé, l’entreprise de télécommunications s’est tenue loin du marché du sans-fil en raison des coûts associés à la mise en place de ce service et des risques élevés d’échec pour les nouveaux entrants.

Au cours d’une conférence téléphonique avec les analystes, M. Audet a toutefois estimé que l’environnement actuel semblait plus favorable à l’arrivée d’acteurs supplémentaires, étant donné que le gouvernement fédéral semblait plus attentif aux frustrations des consommateurs à l’égard des prix élevés des forfaits.

Le titre de Cogeco Communications a bondi à 70,93 $, en hausse de 5,82 $, ou 8,9 %, après la publication des résultats du troisième trimestre et surtout la téléconférence des patrons de l’entreprise.

« Nous demeurons intéressés à proposer des services sans fil pour compléter notre offre de service aux clients qui se trouvent dans nos marchés desservis par la câblodistribution pour augmenter notre part des dépenses des consommateurs en télécommunications », a expliqué M. Audet.

Nouveaux outils

L’homme d’affaires a également affirmé que Cogeco avait de nouveaux outils à sa disposition grâce à son réseau de fibre permettant l’arrivée plus rapide de la technologie 5G dans les marchés qu’elle sert.

Le réseau de la société, qui concurrence principalement Bell Canada et Telus, est plus dense dans les régions du Québec et de l’Ontario à l’extérieur des grands centres urbains.

« Actuellement, il y a une occasion de faire table rase, de faire abstraction des infrastructures existantes pour utiliser directement de nouvelles technologies. »

— Louis Audet, président et chef de la direction de Cogeco, dans ses remarques aux analystes

Une incursion dans le sans-fil de la société québécoise se ferait fort probablement par l’entremise d’un partenariat avec un des fournisseurs de téléphonie mobile sans réseau (MVNO), qui louent des services d’accès auprès d’entreprises de télécommunications sans fil dotées d’installations.

Plus tôt cette année, le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) avait signifié son intention de se pencher sur le contexte réglementaire actuel, qui a empêché l’émergence des MVNO au pays.

L’an dernier, Ottawa avait demandé à l’organisme réglementaire de revoir sa décision prise l’an dernier contre la jeune entreprise Sugar Mobile, qui comptait sur le réseau de Rogers pour fournir ses services par l’entremise d’un réseau mobile virtuel.

Adam Shine, de la Financière Banque Nationale, a rappelé, dans une note envoyée par courriel, que Cogeco avait déployé des sommes relativement peu élevées pour acquérir des licences de spectre. L’analyste a expliqué que la société pourrait se servir de ces actifs en vue d’un éventuel partenariat.

Profits nets en baisse

Au troisième trimestre terminé le 31 mars, Cogeco, qui tire la majorité de ses revenus de sa filiale Cogeco Communications, a affiché un bénéfice net de 25 millions, ou 1,53 $ par action, en baisse de 16,9 % sur un an. Toutefois, les revenus ont affiché une progression de 11,6 %, s’établissant à 668,9 millions.

Pour sa part, Cogeco Communications a vu ses profits nets fléchir d’environ 20 %, à 61,3 millions, ou 1,24 $ par action. Son chiffre d’affaires a augmenté de 12,7 % pour atteindre 637,1 millions, essentiellement stimulé par une croissance de 44 % au sein du secteur des services internet à large bande aux États-Unis.

Le titre de la société mère Cogeco a aussi augmenté de 9 %, à 63,18 $.

Revue boursière

Nouveau record pour le NASDAQ

Wall Street a terminé en nette hausse hier, portée par un relatif apaisement des craintes géopolitiques. Le NASDAQ a même atteint un nouveau record, à 7823 points, en hausse de 1,4 %.

Fonds de travailleurs

Fondaction affiche un rendement de 5,3 %

Fondaction a annoncé hier avoir dégagé un rendement annuel de 5,3 % pour son exercice 2017-2018, tandis que la valeur de son action a grimpé à 11,82 $, en hausse de 60 cents par rapport à il y a un an. Le fonds créé à l’initiative de la CSN avait affiché un rendement de 7,6 % pour son exercice précédent. En date du 31 mai, les investissements de Fondaction en capital de développement dans les PME québécoises totalisaient 1,27 milliard de dollars, soit 7,3 % de plus qu’à pareille date l’an dernier, a précisé le Fonds. Le rendement brut de ce portefeuille québécois s’est établi à 10,8 % au plus récent exercice, comparativement à 11,2 % l’an dernier. — La Presse canadienne

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.