Des histoires pour les jeunes

Quand un enfant ou un adolescent affirme qu’il n’aime pas lire, plusieurs écrivains lui répondent qu’ils n’a pas encore trouvé le genre ou l’auteur qui lui donnera envie d’enfiler les pages en ne voyant pas le temps passer. Un coup de cœur se trouverait-il parmi ces suggestions ?

Hommage à l’amitié

Parce qu’il est connecté à l’imaginaire des jeunes depuis des décennies en usant ses crayons dans Les Débrouillards, parce que ses livres illustrés sont d’une sensibilité qu’il faut célébrer et parce qu’il n’a pas peur d’aborder des sujets importants avec les enfants, Jacques Goldstyn est une perle rare. Dans son petit dernier, Les étoiles, il réunit un petit garçon juif et une fillette musulmane, qui partagent une passion pour les étoiles et le plus-grand-que-soi.

Les étoiles, Jacques Goldstyn, Éditions La Pastèque, 18,95 $

Un été unique

Certains éditeurs auraient pu lever le nez sur ce roman illustré complexe, mais les Éditions Les Malins ont eu l’audace de publier la série Fanny Cloutier, et les lecteurs en redemandent ! Le magnifique troisième tome des histoires de Fanny raconte un été que la jeune fille tente de rendre inoubliable, même si elle devra sous peu suivre son papa loin de ce qu’elle connaît.

Fanny Cloutier ou l’été des grandes vérités, Stéphanie Lapointe et Marianne Ferrer, Éditions Les Malins, 21,99 $

Le plan sans sœur

Petit nouveau de la collection Motif (s) (Aux toilettes, Une cachette pour les bobettes, Aaah ! bécédaire, etc.), Le plan sans sœur plonge les lecteurs dans la construction d’un plan ingénieux pour semer une grande sœur moins futée que soi. Construites de manière à ce que les jeunes apprennent à lire entre les lignes, les histoires de la collection sont toutes divinement illustrées.

Le plan sans sœur, Carole Tremblay et Ninon Pelletier, Éditions Druide, 19,95 $

Ducharme pour les jeunes

S’inspirant directement de l’univers éclaté du regretté Réjean Ducharme, la comédienne et auteure Catherine Trudeau a imaginé le destin de Bérénice, une jeune fille qui n’en peut plus des moqueries sur son prénom. Pleine d’imagination, elle fera tout pour arriver à ses fins : faire changer son prénom. Mais elle trouvera sur sa route ses parents, qui souhaitent lui faire comprendre pourquoi il est extraordinaire.

Bérénice ou la fois où j’ai presque fait la grève de tout !, Catherine Trudeau, Éditions La Bagnole, 24,95 $

Le pétillement amoureux

Max veut un peu disparaître. Nic débarque dans une nouvelle ville et une nouvelle école. Instantanément, les deux adolescents deviendront des amis inséparables. Jusqu’à ce que quelque chose change. Une connexion imprévue qui transforme leur amitié en quelque chose d’autre, de difficile à nommer et d’impossible à maîtriser. Dans Chimie 501, Josée De Angelis expose les émois amoureux avec une acuité renversante. Votre cœur risque d’exploser environ 36 fois en lisant ce roman.

Chimie 501, Josée De Angelis, Éditions Les Malins, 17,95 $

Les bébés d’Olgamus

Celle qu’on pourrait désormais surnommer la nouvelle reine de la littérature jeunesse québécoise possède un trait de crayon qui n’a d’égal que l’infini de son imagination. Cet automne, Elise Gravel a publié le troisième tome des histoires d’Olga en racontant comment la jeune fille s’adapte à l’arrivée des sept bébés de son Olgamus adorée. Ressemblant à des rouleaux de printemps, les petites bêtes sont mignonnes, mais ô combien exigeantes !

Olga – Par-dessus la tête, Elise Gravel, Scholastic Canada, 16,99 $

Vacheries de haut calibre

Elles sont parfois immatures, chiantes et impulsives, mais elles sont surtout incroyablement divertissantes et elles occupent une place indélogeable dans l’univers de la littérature à travers la francophonie. Voici un volet des aventures de Karine, Jenny et Vicky, avant la série Les Nombrils, alors que Karine ne sort pas encore avec Dan et qu’elle accepte de faire les devoirs de ses amies…

Les vacheries des nombrils – Tome 2 : Une fille en or, Maryse Dubuc et Delaf, Dupuis, 17,95 $

Des contes réinventés

Prenant plaisir à réinventer les contes classiques en y incluant des thématiques ultra-modernes qui divertissent, tout en poussant la réflexion un cran plus loin, Marie Demers a maintenant trois contes culottés à son actif : Le petit capuchon bleu (et le loup qui voulait s’appeler Jennifer), Peau de vache (ou la princesse qui voulait épouser son papa) et le plus récent, Trois petits loups (et une grosse truie). De la littérature irrévérencieuse pour les petits.

Les contes culottés, Marie Demers, Dominique et compagnie, 14,95 $

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.