Portraits d’entrepreneurs

Défoncer des portes

Quatre entrepreneurs, quatre fonceurs. Chacun a imaginé de nouvelles solutions dans son champ d’action, à coup d’audace et de détermination. Quitte à s’imposer sur le marché.

Guillaume Langlois

Outiller les citoyens de demain

Guillaume Langlois avait envie de contribuer à l’essor de la société. Après 10 ans à créer des outils de communication interactifs au sein de son laboratoire Space & Dream, le technologue de 38 ans a lancé une initiative éducative destinée aux jeunes en difficulté. Aujourd’hui, ses applications pédagogiques – Mots sans maux et Madame Mo – aident les élèves du primaire à apprendre le français. « Ce que je sais faire de mieux, je le mets au service de l’éducation. Ça me rend heureux comme jamais », affirme-t-il.

Elizabeth Stefanka

Habiller une variété de corps

Dès le lancement de son entreprise, en 2014, Elizabeth Stefanka a pressenti que son logiciel servant à fabriquer des soutiens-gorges adaptés à chacune connaîtrait une belle destinée. Bien vu : en moins de cinq ans, sa technologie est devenue un outil de recommandations de tailles pour tous les vêtements. « On compare les mesures fournies par les fabricants aux mensurations réelles des gens de façon à ce que chacun puisse porter des habits bien ajustés, dit-elle. Le commerce de détail entre dans une nouvelle ère ! »

Julie Hubert

Voir au-delà du CV

Julie Hubert provoque des matchs parfaits. Mais pas de ceux à convier Cupidon. L’« entremetteuse » crée les meilleures associations possible entre chercheurs d’emploi et employeurs qui démontrent une compatibilité certaine. Sa plateforme de recrutement Workland mise sur l’intelligence artificielle pour jumeler les deux parties. « Notre outil utilise un système de correspondances psychométrique qui encourage les entreprises à regarder au-delà du CV et à considérer le potentiel humain, dit-elle. En sortant du cadre préétabli, on trouve des perles rares. »

Myriam Élie

Rajeunir l’industrie de la joaillerie

Dans sa bijouterie du Mile-End aux allures de salon, Myriam Élie commercialise des bijoux haut de gamme fabriqués à la main par des artisans d’ici. Tendance, sophistiquées et abordables, ses créations serties de pierres et de métaux précieux recyclés, ainsi que de diamants synthétiques, rejoignent les goûts et les valeurs des milléniaux. « MYEL Design est la première ici à s’afficher comme une marque qui utilise des diamants de laboratoire. Mes collections éthiques répondent aux préoccupations des nouvelles générations. »

- Myriam Élie

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.