Chronique

Parlons radio

Les plus récents sondages Numeris des radios montréalaises nous indiquent plusieurs choses intéressantes. Je me suis amusé à dégager quelques tendances. Et à fouiller quelques rumeurs. Les voici !

Ça jase à Montréal

Commençons avec les stations qui occupent les trois premières positions. Sans aucune surprise, le 98,5 FM trône au sommet avec une confortable avance de 19,6 % de parts de marché. Il est toutefois intéressant de voir que Rythme FM et ICI Radio-Canada Première se disputent sérieusement les deuxième et troisième places avec, respectivement, 14,8 % et 14,7 % de parts de marché. Si les radios musicales de Montréal affichent un beau bilan de santé, on peut toutefois affirmer que la « radio parlée » vit en ce moment de belles heures. Même les radios musicales deviennent plus bavardes. Des mots, des idées, des opinions, de la substantifique moelle, c’est ce que la radio a toujours offert de mieux, après tout.

La constance d’Arcand

Avec ses 83 340 auditeurs en moyenne par minute, Paul Arcand demeure le préféré des Montréalais. Ces chiffres font de lui l’animateur ayant la plus forte audience dans tout le pays. J’avoue que je suis assez impressionné par sa constance. Qu’il soit 6 h 15 ou 9 h 30, il demeure égal. Toujours la même énergie, toujours la même concentration, toujours la même force de frappe. Être derrière un micro est une chose. Être derrière un micro tout en étant constant en est une autre.

ICI Première triomphe en région

Après des années d’errance, ICI Première récolte les fruits de son labeur. Je ne reviendrai pas sur la cure de rajeunissement que la radio publique s’est offerte, ni sur l’équilibre entre le divertissement et l’information qu’elle réussit merveilleusement bien à faire et qui lui a fait doubler ses parts de marché à Montréal au cours des deux dernières années, mais il faut souligner l’extraordinaire performance qu’elle a accomplie en devenant numéro un dans les marchés de Québec et d’Ottawa-Gatineau (un exploit carrément historique dans ce cas-ci). Plusieurs bouchons de bouteilles de mousseux ont dû sauter dans ces deux régions.

La locomotive de Gravel

Toujours au sujet d’ICI Première, il est intéressant de noter que l’émission Gravel le matin (46 450 auditeurs en moyenne par minute) obtient un score quasi similaire à l’excellent Midi info (45 810 auditeurs) animé par Michel C. Auger. Il ne faut pas être Marconi pour savoir qu’une matinale doit être, et de loin, la locomotive d’une station. Ma lecture des choses : l’émission du matin d’ICI Première a une marge de manœuvre devant elle et pourrait aller chercher beaucoup plus d’auditeurs. Comment y parvenir ? Je ne suis pas le seul à souhaiter quelques changements dans cette émission.

Rouge monte

On a appris il y a quelques jours l’arrivée prochaine de Véronique Cloutier à Rouge FM. La reine des ondes arrive à un bon moment, car la station a connu la plus belle progression du printemps, soit 19 %. La blonde animatrice et ses collègues (notamment Marie-Soleil Michon qui quitte Rythme FM pour aller retrouver sa grande amie) devront toutefois travailler fort afin d’aider la station à rattraper sa principale rivale. En effet, Rythme FM n’est pas prête à céder sa place.

Isabelle au top

La première femme qui apparaît parmi les 40 émissions les plus écoutées à Montréal est Isabelle Maréchal. Celle qui occupe le créneau de l’avant-midi au 98,5 FM est maintenant en troisième place. Dans ce palmarès, Julie Bélanger occupe deux places avec Rythme au travail (AM et PM), et Nadia Bilodeau trois places dans les émissions qu’elle présente sur Rythme FM et CKOI. Les autres animatrices performantes sont Mitsou (Rythme FM), Catherine Perrin (ICI Première), Julie St-Pierre (Rouge FM), Marie-Louise Arsenault (ICI Première), Marie-Soleil Michon (Rythme FM), Valérie Roberts (CKOI) et Marie-Josée Gauvin (CKOI).

Le choix des anglos

Du côté des radios anglophones de Montréal, The Beat, CHOM et Virgin continuent de former le trio le plus populaire. En revanche, les deux radios de CBC, One et Two, ont des cotes d’écoute paroissiales. Elles n’arrivent même pas à atteindre un point de parts de marché. Dans ce contexte, trois scénarios sont possibles : 1) Les anglos n’aiment pas les radios trop sérieuses ; 2) Les anglos préfèrent danser au petit-déjeuner ; 3) Les anglos écoutent les radios francophones.

La bataille des ondes

Mon collègue Hugo Dumas nous a appris jeudi dernier que Québecor a le projet de créer une webradio avant de s’emparer éventuellement d’une véritable fréquence. Fidèle à sa tradition, l’entreprise de Pierre Karl Péladeau a procédé au rassemblement de certaines brebis qui s’étaient éparpillées dans le pré. Mario Dumont, Richard Martineau, Antoine Robitaille et Jonathan Trudeau n’iront plus s’exprimer derrière d’autres micros. Il est à prévoir que si Québecor se lance dans un projet de radio, ça ne sera pas pour faire tourner des musiques du monde et du jazz. L’écosystème de la « radio parlée » risque fort d’être ébranlé. En ce moment, les patrons du 98,5 FM doivent réfléchir à la manière dont ils protégeront leurs acquis. Une bataille féroce est à prévoir.

Vague de changements

La publication des sondages du printemps annonce toujours des changements sur les ondes. Outre Véronique Cloutier qui prend la barre des Fantastiques sur Rouge FM, on apprend qu’Alec Castonguay, qui formait avec Antoine Robitaille un solide tandem politique chez Bernard Drainville, au 98,5, s’en va rejoindre Annie Desrochers au 15-18 d’ICI Première. Il paraît que ça bouge également chez ICI Musique. Florence K et Pénélope McQuade ne seront plus à l’antenne. Quant à Alain Lefèvre, il présentera moins d’émissions.

Analystes politiques recherchés

Mario Dumont ne sera plus chez Paul Arcand, Antoine Robitaille et Alec Castonguay ne seront plus chez Bernard Drainville… Ça fait plusieurs postes d’analystes politiques à pourvoir chez Cogeco. Si vous ne travaillez pas pour Québecor et que vous êtes chroniqueur politique (ou ex-politicien), attendez-vous à ce que votre téléphone sonne.

Absent du palmarès

En terminant, Ça rentre au poste, l’émission du retour à la maison d’Énergie coanimée par José Gaudet (celui qui a fait une blague pipi-caca-poil sur Gregory Charles) ne fait pas partie du palmarès des 40 émissions les plus écoutées. On se demande pourquoi.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.