Art botanique

Bricoler un herbier d’automne

Dans la grisaille de la pandémie, les couleurs de l’automne font un bien fou au moral. Et si on profitait de la tombée des feuilles pour réaliser un herbier en famille ? Une activité aussi ludique qu’éducative qui permet d’éveiller les jeunes à la beauté de la nature, tout en plongeant les parents dans le moment présent. Voici comment s’y prendre, étape par étape.

Matériel nécessaire

Un panier ou un sac pour la récolte

Une paire de ciseaux ou un petit sécateur

Du papier absorbant

Un gros livre

Un carnet à feuilles épaisses

De la colle liquide blanche

Du ruban adhésif décoratif

Un crayon

La récolte

Bottes de caoutchouc aux pieds et foulard au cou, on part à la conquête des plus belles feuilles du quartier. Notre collection botanique peut aussi contenir des fleurs sauvages. Aplaties, elles sont tout aussi jolies. Pour faciliter la réalisation de l’herbier, on évite de choisir des spécimens trop secs; ils risqueraient de s’effriter avant même l’étape du collage. À l’inverse, la récolte ne devrait pas se faire le lendemain d’un jour de pluie, car gorgées d’humidité, les feuilles pourraient moisir.

L’identification

Au-delà de la feuille d’érable, qui se distingue des autres les yeux fermés, certains végétaux peuvent être difficiles à identifier. Si nos connaissances botaniques sont limitées, on télécharge en deux clics l’application Picture This, dont l’abonnement est gratuit pendant une semaine. Il suffit de prendre une photo de la plante à identifier, et le tour est joué.

Le séchage

C’est l’heure du tri et du chocolat chaud. Une fois les spécimens classés par teinte, on les fait sécher entre deux feuilles de papier essuie-tout qu’on dépose bien à plat dans un dictionnaire (ou dans ce roman-fleuve qu’on peine à terminer). Pour les grosses feuilles, le temps de séchage peut aller jusqu’à deux semaines. On s’assure de garder en tête le nom des plantes. Il peut aussi être intéressant de noter l’endroit et la date de récolte.

Le collage

Tout est bien sec ? Les petites mains minutieuses peuvent maintenant s’activer. À l’aide de colle liquide blanche ou de ruban adhésif de type washi, on assemble la création. Selon le style souhaité, on peut rassembler plusieurs végétaux sur une même page ou encore les faire trôner seuls au centre de chaque page.

Bon à savoir : le ruban washi se vend dans les boutiques de matériel d’art et chez certains détaillants de fournitures de bureau.

La description

L’étape finale, mais non la moindre. On sort sa calligraphie du dimanche et on se met à l’action. À mettre sur papier : le nom de la plante en français (et pourquoi pas aussi en latin ?), la date et le lieu de la récolte. Pour les plus amateurs de dessin, on peut y joindre un petit croquis à main levée de l’arbre ou de la plante en question. Tadam !

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.