Décoration et aménagement

Un coin devoirs qui décroche une note parfaite

Pour bon nombre de familles, la salle à manger fait par défaut office de centrale des devoirs. Mais quand votre jeune montre des signes qu’il est prêt à « graduer » de la table de cuisine à un coin de travail en bonne et due forme, quelques aspects sont à prendre en considération en vue de lui aménager un espace propice à l’apprentissage.

Trouver le bon endroit

Premier élément à déterminer : l’emplacement. Selon la discipline dont fait preuve votre enfant et son besoin d’encadrement, jugez s’il travaillera mieux à même les espaces communs de la maison ou dans une pièce à l’écart, par exemple sa chambre. Ce qu’il faut prévoir, c’est que votre petit puisse y trouver une surface dégagée suffisante pour y étaler cahiers et cartables, manuels, calculatrice et instruments de travail, dictionnaires, etc.

La dynamique de la fratrie est aussi à considérer dans l’équation. L’espace de travail sera-t-il partagé par plusieurs enfants ? Si c’est le cas, sera-t-il utilisé en alternance, ou l’aménagement de stations côte à côte est-il alors à prévoir ?

Contenir le chaos

Si le coin devoirs est situé au cœur de votre aire de vie, les fournitures scolaires et autres traces de l’effervescence du quotidien familial pourraient prendre l’allure d’un fatras perpétuel. Bacs de rangement et paniers en tous genres, barres aimantées, grillage agrémenté de pinces, ardoises ou tableau magnétique effaçable, ou encore l’intemporel babillard ; ce ne sont pas les solutions qui manquent pour créer un environnement ordonné et désencombré. Pour les plus grands, un calendrier bien en vue permettra d’inscrire dates de remise et d’examens, de suivre les échéanciers et de gagner en autonomie.

Un éclairage fonctionnel

Il est préférable ne pas lésiner sur l’éclairage du coin devoirs. Cet espace devrait profiter au minimum de deux sources d’éclairage : l’une directe et l’autre indirecte. Un grand classique, la lampe articulée permet d’orienter le faisceau lumineux directement sur la surface de travail. Cette source de lumière devrait être positionnée du côté opposé à la main avec laquelle l’enfant écrit, question d’éviter les zones d’ombre. À mettre aussi aux oubliettes : les ampoules à filament rétro. Pour pareille zone de travail, les ampoules qui produisent un éclairage froid favoriseront l’éveil et réduiront la fatigue visuelle.

Une touche d’éclat et de personnalité

Il va de soi que les sources de distraction sont à éviter pour créer un cadre propice à l’étude et à la concentration. Mais cela ne signifie pas d’évacuer toute personnalité à l’espace réservé aux devoirs ! Quelques éléments décoratifs ou ludiques qui reflètent les goûts de votre enfant lui donneront envie de s’atteler à la tâche plus rapidement. Mettez votre jeune à contribution pour choisir les couleurs ou la déco de cette aire afin d’en faire un endroit invitant et à son image.

Quand l’espace est restreint

Dans un environnement étroit, une bonne dose de créativité peut être requise pour délimiter un emplacement réservé à la réalisation des travaux scolaires. Transformer la vocation d’une aire peu utilisée est gage de succès. Astucieusement aménagée et bien éclairée, une garde-robe peut accueillir une zone consacrée à l’étude qui se dérobe aux regards une fois ses portes refermées. Sinon, un bureau installé sous un escalier convertira cet espace inexploité en coquet coin devoirs. Autre option : le lit mezzanine qui surplombe un plan de travail demeure un aménagement qui plaira aux enfants, et même aux adolescents.

Vive les meubles convertibles

Une panoplie de meubles convertibles et de tablettes escamotables ont fait leur apparition sur le marché ces dernières années. Si ceux-ci n’offrent généralement pas une surface de travail de grande dimension, ils permettent néanmoins d’organiser tout l’équipement scolaire et de centraliser l’activité « devoirs » à un seul endroit. Un bon point de départ et une solution attrayante pour les espaces plus exigus !

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.