Allergies aux acariens

Des pastilles maintenant offertes

Les personnes sensibles aux acariens ont de quoi se réjouir. Il est maintenant possible de combattre ces allergies grâce aux tablettes fondantes.

Elles sont apparues il y a environ trois ans, offrant aux personnes souffrant d’allergies (essentiellement aux graminées, au pollen et à l’herbe à poux) une solution de rechange aux traitements de désensibilisation classiques par injection sous-cutanée.

Les tablettes fondantes Acarizax, approuvées par Santé Canada, sont maintenant offertes pour les personnes allergiques aux acariens (âgées de 18 à 65 ans). Cette allergie touche près de 30 % des personnes souffrant d’allergies respiratoires.

Ce nouveau type d’administration, qui consiste à déposer une pastille sous la langue (sublingual), serait au moins aussi efficace que le traitement original, selon l’allergologue au CHUM et au CHU Sainte-Justine Philippe Bégin, qui se réjouit de cette approbation.

« Dans les deux cas, les symptômes vont diminuer de façon comparable la première année, nous dit le Dr Bégin. Mais pour avoir le plein bénéfice du traitement, ça va prendre du temps. Il y a encore peu d’études, mais en général, on parle d’un traitement de trois à cinq ans. Dans les deux cas, l’effet sera persistant pour une période de 8 à 10 ans. »

Selon Philippe Bégin, le traitement sublingual (à raison d’une pastille par jour) est beaucoup plus accessible. « Le traitement par injection est hautement efficace, affirme-t-il, mais il est exigeant pour le patient qui doit se déplacer chaque semaine ou toutes les deux semaines pour le recevoir. On évalue d’ailleurs que seulement 2 % des personnes allergiques aux acariens se soumettent à ce traitement. »

Un principe simple

Le principe de la désensibilisation, pratiqué depuis des décennies, demeure le même : introduire une microdose d’allergène, puis l’augmenter progressivement jusqu’à ce que la personne allergique atteigne la dose à laquelle elle est exposée dans la vie de tous les jours afin d’induire une réponse immunitaire adéquate.

La première dose est toujours administrée sous supervision médicale afin de s’assurer que la réaction allergique n’est pas trop importante, met en garde le Dr Bégin. « Les premières fois, ça peut piquer dans la bouche ou irriter la gorge, mais ce sont des symptômes temporaires », nous dit l’allergologue, qui vient d’ouvrir une clinique d’immunothérapie orale à Sainte-Justine (pour les allergies alimentaires). Un projet-pilote de trois ans qui a débuté au mois d’août dernier.

Les études cliniques de l’Acarizax ont été réalisées sur des périodes variant de six mois à un an, affichant des taux d’efficacité de plus de 40 %, nous dit le Dr Bégin. Après un an, l’effet bénéfique est toutefois moins important que pour le traitement des allergies aux graminées et à l’herbe à poux, a-t-il noté.

« Dans le cas des allergies saisonnières, les symptômes sont aigus. Le traitement de désensibilisation se fait d’ailleurs de trois à quatre mois avant pour préparer le système. »

« Dans le cas des acariens, on parle d’une allergie chronique. Comme on est constamment en contact avec son allergène, l’inflammation est moins aiguë. »

— Le Dr Philippe Bégin, allergologue au CHUM et au CHU Sainte-Justine

Les symptômes ressentis par les personnes allergiques aux acariens sont donc moins violents que pour les allergies saisonnières. « On ne parle pas d’éternuements, d’écoulement des yeux ou de démangeaisons aiguës, précise le Dr Bégin, mais plus de congestion nasale chronique, de ronflement ou de sinusites chroniques. Ce sont des inflammations qui s’installent lentement. C’est pour ça que ça prend plus de temps pour contrecarrer ces effets. »

« Les allergies aux acariens sont très fréquentes et affectent principalement les adultes, précise le Dr Philippe Bégin. Mais avant d’aller de l’avant avec ce traitement (qu’il soit fait par injection ou sublingual), il faut évidemment confirmer l’allergie. Parce qu’il y a plein de raisons d’avoir une congestion nasale chronique ou une sinusite… »

Il faut toutefois noter que le traitement sublingual aux acariens n’est pas couvert par la Régie de l’assurance maladie. Le coût des pastilles est relativement élevé. On parle d’environ 156 $ pour 30 comprimés – soit près de 2000 $ par année.

Les acariens se nourrissent de particules de peaux mortes. On les retrouve donc essentiellement dans les draps, les couvertures, les tissus, les tapis ou les peluches. Il s’agit de l’allergène principal de la poussière. Il faut donc essayer de contrôler son environnement d’abord, croit le Dr Bégin.

Le prochain traitement sublingual pourrait permettre aux allergologues de traiter les allergies au bouleau, une affection assez fréquente, qui se manifeste au printemps, selon le Dr Philippe Bégin.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.