États-Unis

Nombre record de contaminations en Floride

Près de 10 000 nouveaux cas de COVID-19 ont été diagnostiqués en 24 heures en Floride, un record pour cet État du Sud touché par une flambée du nouveau coronavirus, surtout chez les jeunes.

Le « Sunshine State » a comptabilisé 9585 nouveaux malades et 24 morts en une journée, un bilan inédit depuis le début de la pandémie, selon des statistiques des autorités sanitaires locales.

La Floride fait face à une « vraie explosion » de la maladie chez les jeunes qui, à la faveur du déconfinement opéré depuis début juin, ont renoué avec les plages et la vie nocturne, a reconnu cette semaine son gouverneur Ron DeSantis.

L’âge moyen des personnes infectées y est en effet de 33 ans, contre 65 il y a deux mois.

Le gouverneur républicain, qui avait tardé à prendre de premières mesures de confinement, a décidé vendredi de suspendre la consommation d’alcool dans les bars.

Le repli texan

Son homologue texan, qui fait lui aussi face à une hausse inquiétante du nombre de cas dans son État, a également ordonné la fermeture des bars et a réduit la capacité d’accueil des restaurants à 50 %, contre 75 % depuis le 12 juin.

Vendredi soir, dans un rare acte de contrition, il a dit regretter d’avoir autorisé les bars à rouvrir trop tôt.

« Si on pouvait retourner en arrière et tout recommencer, il faudrait probablement ralentir l’ouverture des bars, car le virus s’y propage vite. »

— Greg Abbott, gouverneur du Texas, sur la chaîne de télévision locale KVIA

« Les gens y vont pour se rapprocher, boire et socialiser », une recette parfaite pour le nouveau coronavirus, a-t-il souligné.

Le Texas est l’un des premiers États américains à avoir rouvert son économie. Dès le 1er mai, les restaurants, centres commerciaux, cinémas et magasins avaient pu rouvrir à capacité réduite.

Vendredi, la ville de San Francisco, en Californie, a à son tour annoncé une « pause » dans son déconfinement. Les salons de coiffure, barbiers, bars extérieurs… qui devaient rouvrir lundi attendront, ont indiqué les autorités.

Plus de la moitié des États américains, notamment dans le Sud et l’Ouest, connaissent en ce moment une remontée du nombre de cas de coronavirus, alors que la situation continue de s’améliorer dans le Nord-Est, qui était la région la plus touchée il y a deux mois.

Le gouverneur du Mississippi est prêt à renoncer à l’emblème confédéré

Les parlementaires du Mississippi pourraient voter au cours des prochains jours sur une proposition de retirer l’emblème de la Confédération sudiste du drapeau de l’État, considéré comme un signe de l’injustice raciale. Le gouverneur républicain Tate Reeves a déclaré samedi, pour la première fois, qu’il signerait un projet de loi visant à changer le drapeau si les élus de l’État en adoptaient un. Il avait précédemment déclaré qu’il n’y mettrait pas son veto. « Le débat sur le drapeau de 1894 est devenu aussi conflictuel que le drapeau lui-même, a-t-il dit sur les réseaux sociaux. Il est temps d’y mettre fin. Si [les élus] m’envoient le projet de loi ce week-end, je le signerai. » La session législative annuelle du Mississippi est presque terminée. Il faut une majorité des deux tiers de la Chambre et du Sénat pour examiner un projet de loi après le délai normal. Les dirigeants ont travaillé pour obtenir ces majorités. Le Mississippi a le dernier drapeau d’État qui contient l’emblème confédéré.

— Associated Press

Quatre avions russes interceptés au large de l’Alaska

L’armée de l’air américaine a intercepté samedi quatre avions de reconnaissance russes à 120 km de l’État de l’Alaska, a indiqué le Commandement de la sécurité aérienne de l’Amérique du Nord (NORAD). Des chasseurs F-22 « ont intercepté quatre avions de reconnaissance russes Tu-142 entrant dans la zone d’identification de la défense aérienne de l’Alaska le 27 juin », a indiqué le NORAD dans un communiqué. La zone d’identification de la défense aérienne est un périmètre dans lequel le trafic aérien est surveillé par l’armée d’un ou plusieurs pays, au-delà de son espace aérien national, pour disposer d’un temps de réaction supplémentaire en cas de manœuvre hostile. Les États-Unis en ont établi quatre, et celle de l’Alaska s’étend jusqu’à environ 320 km des côtes. C’est la quatrième fois ce mois-ci que les États-Unis interceptent des avions militaires russes près de l’Alaska.

— Agence France-Presse

États-Unis

L’Université de Princeton se dissocie du président Wilson

L’Université de Princeton va retirer le nom Woodrow Wilson de son École des affaires internationales en raison des « politiques et opinions racistes » de l’ancien président américain, a annoncé le prestigieux établissement universitaire de la côte Est, samedi. Woodrow Wilson (1856-1924) a gouverné les États-Unis entre 1913 et 1921. À l’étranger, le père fondateur de la Société des nations (ancêtre de l’ONU) incarne la fin de l’isolationnisme américain. Mais dans son pays, le 28e président américain avait laissé les États du Sud pratiquer la ségrégation et il avait autorisé les départements fédéraux à séparer leurs employés noirs de leurs employés blancs. « Ses politiques et opinions racistes font de son nom quelque chose d’inapproprié pour une école où les étudiants, le personnel et les anciens élèves doivent être pleinement investis dans la lutte contre le fléau du racisme », a indiqué dans un communiqué le président de l’université, après un vote du conseil d’administration.

— Agence France-Presse

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.