Courrier

Le retour du hockey

La Ligue nationale de hockey a repris ses activités après plus de quatre mois d’absence. Le Canadien de Montréal était d’ailleurs en action samedi contre les Penguins de Pittsburgh. Le hockey vous a-t-il manqué ? Serez-vous devant votre écran ?

Le hockey m’a manqué

Le hockey m’a manqué. Même si je sais d’avance que le Canadien n’ira pas loin, je vais quand même suivre les séries.

— Suzie Morin

J’en prendrais 12 mois par année !

Si le hockey m’a manqué ? Oh que oui ! J’en prendrais 12 mois par année. Comme à mon habitude, je vais regarder le maximum de matchs… tant que ma femme me le permettra ! Hahaha ! Elle, je ne pense pas que ça lui manquait tant que ça ! Et ceux qui disent que du hockey en août n’a pas sa place, c’est simplement qu’ils ne sont pas de vrais fans de hockey !

— Nicolas Vanesse

Des séries moins émotives

Bien que j’apprécie le hockey, la pandémie me l’a fait bien oublier. Est-ce que les prochains matchs me permettront d’aller de l’avant et d’apprécier le hockey ou de l’oublier jusqu’à la prochaine saison ? Ce qui est certain : il manque la foule qui transporte les joueurs de hockey, ce qui donnera des séries nettement moins émotives.

— Michel Labbé

Je ne crois pas aux miracles

Oui, je vais regarder les séries, mais j’ai très peu d’attentes face au Canadien, surtout avec la perte de deux très bons joueurs, Kovalchuk et Scandella, remplacés par des joueurs du club-école. Pas très encourageant ! Et je ne crois pas aux miracles !

— Nicole Roy

Voir des athlètes québécois réussir

La seule chose qui m’intéresse, c’est que le Canadien repêche Alexis Lafrenière. Je sais, il n’y a qu’une chance sur huit que ça arrive. Et encore, seulement si le Canadien perd. Il y a donc plus de sept chances sur huit pour que je ne suive toujours pas le Canadien au cours des prochaines années. Rien d’autre ne m’intéresse que de voir des athlètes québécois réussir. Sinon, j’aime mieux moi-même faire du sport.

— Daniel Senécal, Laval

Gâtée à souhait

Oui je serai devant mon écran, car j’aime le hockey. En plus, j’aime particulièrement Pittsburgh et mon favori Crosby. Je serai donc gâtée à souhait. Les joutes ne se dérouleront pas dans un contexte favorable, mais c’est mieux que rien, car nous vivons une année 2020 déboussolée et le hockey n’y échappe pas. Par contre, je ne m’attends pas à des miracles pour le Canadien. Ils vont se faire éliminer rapidement. Je continuerai à regarder les autres équipes, car c’est du meilleur hockey que notre Bleu-Blanc-Rouge.

— Francine Roy

Du hockey en août ?

Ça me semble tout à fait farfelu d’avoir du hockey en août, mais des partisans vont y croire. Tant mieux pour eux. Pour moi, ça n’a aucun intérêt.

— Pierre Chatelain

On verra

Oui à la distraction. Certains en ont bien besoin pour se remonter le moral, mais aussi pour se changer les idées. L’engouement pour le sport a souvent été un somnifère pour les sociétés afin d’ignorer pour un moment les difficultés collectives, mais il aura aussi permis à d’autres de se solidifier et de se rassembler autour d’une cause. Donc, on verra. Nous pouvons nous souhaiter simplement que le concept de « bulle sanitaire » élaboré par ceux qui veulent renflouer leurs coffres fonctionne, car on pourrait manquer d’erre d’aller à l’approche des remous à l’horizon. Moi, je préfère m’abstenir, car mon regard est vers l’avenir plutôt que le passé.

— Sylvain Bouchard

Du coin de l’œil

En fait, c’est le sport télé en général qui m’a manqué, mais la reprise de certains sports sans spectateurs me laisse au minimum sur ma faim. L’ambiance n’y est pas ; à part la F1, c’est plutôt morne. Donc, en ce qui concerne le hockey, c’est le même constat et en plus, c’est un anachronisme de vouloir finir une saison en pleine canicule. La LNH aurait dû annuler la saison et se préparer pour la suivante, mais je comprends qu’il y a des impératifs comme les droits de télé à respecter. Au final je vais regarder, mais du coin de l’œil seulement.

— Michel Jacques, Laval

Du hockey à Québec

Je ne regarderai plus le hockey tant que le commissaire Gary Bettman n’aura pas attribué une concession à la ville de Québec. TV5 offre une bonne programmation.

— Gilles Raymond

Les séries, c’est au printemps

Non, le hockey ne m’a pas manqué et je ne regarderai pas ces séries. Pour moi, les séries éliminatoires, ça veut dire que le printemps approche, que le soleil est plus chaud, que les corneilles croassent, que la neige fond, que la marmotte Willy fait ses prédictions, que les vêtements d’été arrivent sur les présentoirs, que c’est le temps de magasiner une piscine, que c’est le temps de sortir le sac de golf, la planche à voile, le vélo. Et que l’école achève. Lorsque la Coupe Stanley sera remise aux vainqueurs, tout ce qui précède tombera à l’eau, Willy se cherchera un trou et sera en attente jusqu’au printemps 2021. Bonnes séries à tous ceux qui ne pensent pas comme moi !

— Guy Sirois, Québec

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.