18 ans en 2018
Les bébés de l’an 2000 passent le cap de la majorité !

Anne-Sophie Thibault

1er décembre 2000, à Bangkok, en Thaïlande

Il s’en est dit des choses sur les bébés de l’an 2000. Or voilà que cette cohorte du millénaire fête cette année sa majorité. Qui sont-ils, comment voient-ils leur avenir, leur génération, leur fête ? Douze portraits, en douze temps. Pour finir, ce mois-ci : 

Occupations

J’étudie présentement en sciences humaines, profil société pour ma première session. La prochaine session, j’irai en Tremplin DEC car je ne sais pas dans quel programme je désire aller. Je travaille aussi pour Chaussures 22 à Saint-Hubert.

J’habite encore chez mes parents… 

Oui. Avec mes parents et ma grande sœur.

Ma famille, c’est… 

Tout pour moi. Ils m’ont donné tout ce dont un enfant a besoin, ils ont toujours été là pour moi, et ne m’ont jamais fait sentir que j’étais différente d’eux.

Les études, pour moi, c’est… 

Quelque chose que je dois faire pour avoir une vie stable et un salaire moyen.

Plus tard, je rêve de… 

Rencontrer ma famille biologique, retourner dans mon pays natal, voyager dans le monde et trouver un emploi qui permet de voyager.

Mes parents ont fait plusieurs bons coups, notamment… 

Avoir assez d’amour pour m’adopter et me considérer comme leur propre fille.

Mais aussi quelques moins bons coups, comme… 

Adopter ma sœur ! Hahahaha, ce n’est pas vrai. La vraie réponse, c’est qu’ils m’ont trop gâtée.

Ce qui me distingue, moi et ma génération… 

C’est la technologie, nous sommes tellement accros, c’est une vraie dépendance !

18 ans, pour moi, ça veut dire… 

Avoir une certaine liberté, même si j’habite encore chez mes parents. Ça veut aussi dire que je me dois d’agir plus en adulte et prendre part aux enjeux de notre société, car nous sommes le futur de notre communauté.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.