Justice

« Je n’ai fait que mon travail »

La policière qui a extirpé une vieille dame des griffes d'un groupe de fraudeurs a renoncé à l’héritage que voulait lui laisser la femme de 90 ans

Une vieille dame de 90 ans, secourue alors que des proches tentaient de la faire déclarer inapte pour l’extorquer, en 2014, était tellement reconnaissante envers la policière qui a mis au jour cette machination qu’elle l’avait couchée sur son testament.

« J’étais honorée, mais je ne pouvais accepter cela. Je n’ai fait que mon travail, alors j’ai renoncé à l’héritage », a expliqué Elizabeth Kraska, du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM), qui témoignait lundi, au palais de justice de Montréal, lors du procès civil intenté par les héritiers de Veronica Piela contre les auteurs de cette fraude.

Mme Piela s’était enfuie avec sa marchette, vêtue d’une simple robe de nuit, en plein mois de février, dans la neige, de la résidence pour personnes âgées où elle était gardée contre son gré, dans le quartier Côte-des-Neiges. La Presse avait raconté son histoire en 2015. 

Auparavant, la dame avait été déclarée inapte grâce à un faux certificat médical, sortie de force de chez elle, et 500 000 $ avaient été volés dans son compte de banque.

Veronica Piela est morte en décembre 2016. Sa succession poursuit, pour 4,7 millions, Anita Obodzinski, qui se présentait comme sa nièce ; le conjoint de cette dernière Arthur Trzciakowski ; la travailleuse sociale Alissa Kerner ; le conjoint de cette dernière, l’avocat Charles Gelber ; et la médecin Lindsay Goldsmith.

Coupables de fraude

Obodzinski et son conjoint ont été reconnus coupables de fraude, à la suite d’accusations criminelles dans cette affaire. Kerner et Gelber ont quant à eux été suspendus temporairement de leurs ordres professionnels respectifs.

L’agente Kraska, responsable d’une unité spéciale de lutte contre les abus envers les personnes âgées, avait été mise au courant de manœuvres de la part de proches pour envoyer Mme Piela dans une résidence pour personnes âgées.

En février 2014, la vieille dame avait appelé le 911 pour rapporter une entrée par effraction dans son logement : Obodzinski, Trzciakowski et Kerner avaient alors été arrêtés et conduits au poste de police.

Déménagée de force

Quelques semaines plus tard, ils affirmaient détenir un ordre de la cour pour l’obliger à quitter son appartement, insalubre en raison des nombreux chats qu’elle y gardait et parce qu’elle n’était plus en mesure de faire le ménage, selon eux.

La police a même été envoyée sur place, avec Urgences-santé, parce que Mme Piela refusait de quitter son logis et se montrait agressive.

Installée contre son gré à la Résidence Snowdon, la vieille dame s’est enfuie quelques jours plus tard, légèrement vêtue, en plein hiver, même si elle avait du mal à se déplacer.

« La police a été appelée pour la ramener à la résidence, et c’était la même équipe qui s’était occupée de l’entrée par effraction, rapporte Elizabeth Kraska. Ils ont trouvé étrange d’avoir à intervenir une nouvelle fois. De plus, Mme Piela a dit au policier que si elle devait rester là, dans une petite chambre au sous-sol, avec les meubles d’un autre locataire, elle allait se suicider, en faisant signe de se couper la gorge. »

Coupée du monde

La policière a été informée de l’événement à son retour au travail, deux jours plus tard. Quand elle s’est présentée à la résidence, on lui a dit que la nouvelle locataire n’avait le droit de recevoir aucun visiteur et de ne faire aucun appel, sauf à Obodzinski, Trzciakowski, Kerner et Gelber.

Comme Veronica Piela semblait être gardée de force à la résidence, et qu’elle semblait en détresse, l’agente Kraska a décidé de la sortir de là, accompagnée par des intervenantes d’un centre de crise.

Elle a par la suite été installée dans une résidence pour personnes âgées d’origine ukrainienne, comme elle le souhaitait.

« Elle avait une belle chambre avec de grandes fenêtres, des fleurs, des photos au mur », rapporte la policière, qui l’a visitée à quelques reprises.

Parmi les photos à l’honneur, il y avait celle d’Elizabeth Kraska elle-même. « Mme Piela m’a dit qu’elle ne m’oublierait jamais parce que je lui avais sauvé la vie », rapporte la policière, émue.

Mme Kraska, invitée à témoigner par les héritiers de Veronica Piela, a été interrogée lundi par Anita Obodzinski, Arthur Trzciakowski et Charles Gelber, qui se représentent eux-mêmes.

« Prédateurs et parasites »

Anita Obodzinski a été condamnée à deux ans de détention à domicile pour cette fraude, en janvier 2018. En mars dernier, elle était cependant de retour en cour pour non-respect de ses conditions : à deux reprises, elle était absente quand ses agents de probation ont tenté de la joindre.

Elle a alors été condamnée à six mois de prison, par un jugement soulignant qu’elle avait agi comme un « prédateur et un parasite », avec un « égoïsme impitoyable », pour commettre avec ses complices une fraude « ignoble » qui a « détruit la vie d’une personne âgée ».

La fraudeuse a cependant été libérée deux semaines plus tard, après avoir porté cette peine en appel.

Arthur Trzciakowski, conjoint d’Anita Obodzinski, a aussi été accusé de fraude et condamné à 170 heures de travaux communautaires.

Alissa Kerner a été radiée trois ans de l’Ordre des travailleurs sociaux en avril 2016 et, accusée au criminel, elle s’en est tiré avec une absolution et une amende de 2000 $.

L’avocat Charles Gelber a été radié pour 18 mois par le Conseil de discipline du Barreau, en septembre 2018, mais n’a pas été accusé au criminel, pas plus que la Dre Lindsay Goldsmith, qui n’a pas non plus été sanctionnée par le Collège des médecins.

Le mandat d’inaptitude préparé pour déclarer la vieille dame inapte était faux, selon le Tribunal, qui a aussi conclu que le rapport médical et celui de la travailleuse sociale n’avaient pas été préparés selon les règles de l’art.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.