Voyage

Des signes d’ouverture pour le tourisme international

Touristes : l’heure de la reprise a sonné. Du moins dans certains pays, comme la Grèce, où les plages et des sites emblématiques comme l’Acropole ont rouvert après deux mois de fermeture complète causée par le coronavirus. Ottawa n’a pas encore levé l’interdiction de voyager – sauf pour des raisons essentielles – mais on peut se permettre de rêver en explorant les mesures d’ouverture adoptées dans certaines des destinations les plus prisées. 

La Grèce

Dans ce pays où 20 % des emplois dépendent du tourisme, le retour des vacanciers est on ne peut plus attendu. Le 15 mai, quelque 500 plages ont rouvert sur fond de cette règle d’or à laquelle on commence à s’habituer tant bien que mal : distanciation, distanciation, distanciation. Et pour être certains que la consigne sera bien respectée, on a interdit la musique, les sports d’équipe et la vente d’alcool, qui favorisent les rapprochements. Les vols internationaux vers Athènes reprendront le 1er juillet, mais les Canadiens devront attendre la levée de l’interdiction de voyager par Ottawa avant d’y retourner.

L’Espagne

Sévèrement touchée par la pandémie, l’Espagne compte mettre un terme à la quarantaine imposée à tous les étrangers à la fin du mois de juin.

Le tourisme reprendra peu à peu, d’abord à l’échelle nationale, puis à l’internationale en juillet. Mais attention : toutes les destinations ne seront pas ouvertes aux visiteurs. Les plages passeront avant les villes, notamment parce que la distanciation physique y est plus facile à pratiquer. Pour renouer avec Madrid ou Barcelone, il faudra attendre encore.

Les îles Canaries

Les îles Canaries ont annoncé en grande pompe, le 8 mai dernier, qu’elles deviendront la première destination desservie par un vol exigeant un « passeport sanitaire numérique », en juillet prochain. L’initiative, menée avec l’Organisation mondiale du tourisme, obligera les passagers à télécharger une application sur leur téléphone, où seront enregistrées les dernières données de leur dossier médical et la confirmation qu’ils ne sont pas atteints du coronavirus. Les détails de l’opération n’ont pas encore été annoncés, mais déjà d’autres destinations – dont certaines îles grecques – exemptes de cas de coronavirus actifs ont annoncé leur intérêt pour une mesure similaire.

L’Australie

La pandémie a fait apparaître tout un nouveau vocabulaire auquel il faudra s’habituer, notamment un nouvel usage du mot « bulle ». En particulier dans le sens de « bulle touristique », comme celle que veulent former l’Australie et la Nouvelle-Zélande, deux premières de classe en matière de lutte contre la propagation de la maladie (respectivement 100 et 21 morts en date du 20 mai). Les deux pays rouvriraient leurs frontières dans les prochaines semaines. L’élargissement de la bulle avec d’autres pays de la région Pacifique est envisagé pour la suite.

La France

La destination favorite des Québécois – après le Canada et les États-Unis – n’a pas encore renoué avec le tourisme national : les Français sont privés de déplacements à plus de 100 km de leur résidence. Et la prolongation de l’état d’urgence jusqu’au 24 juillet allonge d’autant la fermeture des frontières et l’imposition d’une quarantaine de 14 jours à tous les arrivants. N’empêche que plusieurs attractions ont repris du service, comme le téléphérique de l’Aiguille du Midi, à Chamonix. Le nombre de passagers admis a été réduit de moitié, des panneaux d'acrylique ont été installés et le port du masque y sera obligatoire.

Le Royaume-Uni

Au lieu d’une « bulle de tourisme », l’Angleterre envisage de créer des « ponts aériens » avec des destinations où le taux de transmission de virus (le fameux Ro) est faible, a indiqué le ministre des Transports le 18 mai. Une quarantaine obligatoire de deux semaines sera mise en place quand les frontières rouvriront, dont la pertinence sera réévaluée toutes les trois semaines. Le tourisme national reprendra tout de même à l’été : les campings devraient rouvrir le 4 juillet.

Thaïlande

Bangkok, la ville la plus visitée l’an dernier (selon l’index MasterCard des destinations), se prépare doucement à recevoir des touristes de nouveau, en arborant de nouveaux protocoles de désinfection dans les hôtels, des panneaux d'acrylique entre les tables dans les restaurants, etc. On espère encore accueillir entre 10 et 16 millions de touristes en 2020 – comparativement à 39 millions en 2019 –, mais on s’attend à ce qu’ils proviennent essentiellement de la Chine et de la Corée du Sud, la Thaïlande envisageant de n’ouvrir ses frontières qu’à certains voisins, dans un premier temps, qui affichent un faible taux de propagation du virus. Les déplacements interprovinciaux sont proscrits jusqu’au 31 mai.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.