Voyage

StoneHaven, la renaissance d’un manoir

Ouvert officiellement le mois dernier à Sainte-Agathe-des-Monts, StoneHaven Le Manoir est un hôtel unique en son genre, installé dans un bâtiment historique exceptionnel datant du début du XXe siècle. Visite.

Le StoneHaven porte beaucoup d’histoire en ses murs. Construit au début du XXe siècle, le manoir était à l’origine la résidence de Douglas Lorne McGibbon, un riche homme d’affaires montréalais qui avait fait fortune dans l’industrie du caoutchouc, mais qui a été frappé par la tuberculose en 1908. Comme il n’existait pas de sanatorium au Canada, il s’est mis en tête d’en construire un, à Sainte-Agathe-des-Monts, pas très loin de Montréal – un bâtiment qui est aujourd’hui utilisé comme bureau administratif de l’hôpital Laurentien.

M. McGibbon a ensuite fait construire sa demeure, sur un grand terrain de 140 acres, situé en bordure du lac des Sables. Près de 200 travailleurs seront nécessaires pendant cinq ans pour ériger cette grande maison bourgeoise d’inspiration écossaise qui est dotée de jardins, d’une maison d’invités, d’une écurie, d’un poulailler et d’un caveau à légumes, toujours existant.

Après sa mort, en 1927, les Pères Oblats ont acheté le manoir, qui est devenu un centre de retraite et de soins pour les pères plus âgés. Les religieuses, elles, se sont installées dans la bâtisse adjacente.

Au tournant des années 2000, la propriété est rachetée par Yves et Andrée Langlois, qui en font un hôtel et spa. Un terrain de golf doit aussi y voir le jour. Mais le Stonehaven Relais & Spa est controversé dans la région et des gens d’affaires et des citoyens s’unissent pour protéger le site, puisque le lac est une source d’approvisionnement en eau potable. Le projet finit par fermer ses portes environ deux ans plus tard.

Respecter l’ADN

Ce petit trésor patrimonial a failli sombrer dans l’oubli, jusqu’à ce qu’en 2015, il soit acquis par le promoteur immobilier Georges Coulombe, spécialisé en restauration d’immeubles historiques (on lui doit notamment le superbe Crew Collective Café, dans l’ancien siège social de la Banque Royale du Vieux-Montréal). Avec ses partenaires, il investit plus de 10 millions de dollars afin de rénover et restaurer la bâtisse, un projet qui s’étirera sur plus de trois ans.

M. Coulombe s’est appliqué à conserver l’ADN de l’endroit et à mettre en valeur l’aspect historique du bâtiment. Plusieurs éléments d’origine ont été conservés et restaurés, dont un grand nombre de meubles anciens. Des lustres travaillés datant du début du XXe siècle ornent les plafonds des lieux partagés et des chambres à coucher, qui allient charme suranné et confort moderne. Se promener à l’intérieur du manoir, c’est s’imprégner d’histoire et de patrimoine. On remarque à chaque détour une attention soignée aux détails.

Avec ses spacieux jardins à l’anglaise tout près de la terrasse arrière et son cadre enchanteur (l’endroit offre une vue sur le lac et les montagnes, et l’accès à des sentiers pour la marche durant la belle saison et du ski de fond ou de la raquette l’hiver), le StoneHaven est tout indiqué pour des mariages. Déjà, près d’une vingtaine sont réservés pour la prochaine année, nous apprend Marie-Josée Denis, directrice générale de l’endroit.

La magnifique salle de bal, avec ses boiseries et vitraux, est située dans l’ancienne chapelle des Pères Oblats. Elle est idéale pour les réceptions de mariage ou les événements privés.

Il est d’ailleurs possible de réserver l’hôtel au complet (à partir de 6000 $/nuit), que ce soit pour les entreprises, des réunions familiales ou des mariages.

L’hôtel offre également un grand restaurant, sous l’égide du chef Silvio Alonso (Quintessence). Ce dernier a notamment élaboré le concept de la table gourmande à l’aide du chef Éric Gonzalez, et y propose des classiques revisités de la cuisine française et des plats variant au rythme des saisons, préparés avec des produits locaux.

En tout, StoneHaven Le Manoir propose 34 chambres, toutes dotées de la literie et des oreillers de Marie-L’Oie. La bâtisse adjacente autrefois occupée par les religieuses devrait être convertie l’été prochain, ce qui ajoutera une trentaine de chambres à l’offre.

Présentement en construction, un grand jacuzzi extérieur devrait accueillir ses premiers visiteurs au début de l’hiver. Suivront, au printemps, une piscine extérieure chauffée et un bain vapeur qui s’installera dans l’ancien caveau à légumes de l’endroit.

Pendant toute la saison des couleurs et jusqu’à la mi-décembre, il est possible d’en profiter à un tarif préouverture offert à partir de 159 $/nuit (pour une chambre standard).

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.