Rue Sainte-Catherine

Boudé à Montréal, primé à Amsterdam

D’abord accepté par la Ville, le projet de la firme montréalaise KANVA pour recouvrir la rue Sainte-Catherine pendant les travaux a ensuite été rejeté

Boudée par l’administration Plante, la structure gonflable imaginée par KANVA pour recouvrir la rue Sainte-Catherine pendant le chantier de construction a remporté hier un prix international d’architecture, à Amsterdam.

Ce prix, c’est celui du « Projet expérimental de l’année », remis au World Architecture Festival, concours qui réunit chaque année les plus grands architectes du monde.

« Les 18 dernières heures ont été assez spéciales, a commenté au téléphone Tudor Radulescu, architecte et cofondateur en 2003 de la firme montréalaise KANVA. On est très honorés, d’autant plus que la compétition était relevée et que le jury nous a fait de très, très bons commentaires. »

C’était la quatrième fois que KANVA était finaliste au World Architecture Festival, mais c’était la première fois qu’elle gagnait un prix. « C’est très, très excitant ! »

LE CONCOURS

La structure gonflable conçue par son équipe avait été choisie, en septembre 2016, par la Ville de Montréal, sous l’administration Coderre, au terme d’un concours de design. L’objectif ? Animer la plus importante artère commerciale de la métropole et atténuer les effets négatifs des travaux sur les commerçants.

« Le concept lauréat est basé sur un grand geste, emblématique, à l’échelle de la rue Sainte-Catherine et de son importance, avait souligné le jury au moment d’annoncer le gagnant. L’intervention est attractive, inédite et audacieuse. Les gens vont certainement avoir envie de se déplacer pour voir les installations. »

Quinze mois plus tard, l’administration Plante a toutefois décidé d’abandonner ce projet, jugé irréaliste et trop coûteux. Le budget qui y était rattaché était de 2,8 millions.

« Nos services n’étaient pas capables de nous prouver que ça n’aurait pas d’impact sur l’échéancier des travaux. Il y avait trop d’incertitudes », avait expliqué à La Presse le conseiller municipal Robert Beaudry, en janvier dernier.

Les membres du jury du World Architecture Festival ont salué, de leur côté, l’originalité de la structure enveloppante et son aspect innovant.

« Ils ont trouvé rafraîchissant que l’innovation et l’expérimentation de notre concept ne se fassent pas au détriment du côté pratique. Ça peut servir ailleurs parce que la réfection des infrastructures souterraines, ce n’est pas une réalité urbaine propre à Montréal. C’est un problème courant, assez global dans le monde. »

— Tudor Radulescu, architecte et cofondateur de la firme montréalaise KANVA

LE PROJET

Cette structure gonflable sera-t-elle utilisée dans une autre ville ?

« Ce n’est pas impossible, répond M. Radulescu. Mais pour l’instant, on enchaîne avec d’autres projets, dont la construction du Biodôme de Montréal et le Centre des congrès de Saint-Hyacinthe, qui nous rendent très fiers. »

Les modules développés par KANVA sont faits de composite de polyester entièrement recyclable, lavable et remplaçable. Ils peuvent être installés les uns à la suite des autres pour créer un long couloir sous lequel les gens peuvent déambuler. Fait à noter : la structure conserve ses propriétés été comme hiver. Elle est facile à déplacer, à la fois légère et très solide. Chaque module fait 5 mètres de long et 11 mètres de haut.

« Cette technologie existe dans le monde. Notre innovation n’est pas dans la technologie, elle est dans l’application de la technologie, précise l’architecte. Notre intention est de protéger le public et d’animer un chantier. L’objet gonflable fait plus que séparer le public du chantier. Il anime les lieux et assure le succès des commerces. »

L’IDÉE

D’où vient cette idée ?

« Nos processus créatifs sont assez éclatés », laisse tomber M. Radulescu.

Dans un premier temps, l’équipe de KANVA a interprété la métropole comme une composante vivante, modelée par les générations au fil des ans. Cette réflexion a mené les architectes de la firme à établir un parallèle avec la métamorphose d’un papillon… Les différents modules gonflables s’inspirent en effet du développement de l’insecte, de la chenille à la chrysalide.

En janvier dernier, la Ville de Montréal n’a pas seulement abandonné ce concept, mais également celui des trottoirs chauffants, jugé lui aussi trop coûteux (26 millions).

La première phase du chantier de réfection de la rue Sainte-Catherine devrait durer encore trois ans et coûter plus de 130 millions.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.