Omnium d’Italie

Auger-Aliassime tombe, Shapovalov avance

ROME — Félix Auger-Aliassime s’est incliné en trois manches de 6-7 (4), 6-3 et 6-4 devant le Croate Borna Coric en lever de rideau de l’Omnium de tennis d’Italie disputé au Foro Italico de Rome.

Coric, 13e tête de série, a ainsi pris sa revanche sur Auger-Aliassime, qui l’avait vaincu plus tôt cette année en quarts de finale du Masters 1000 de Miami.

Le Québécois de 18 ans, finaliste au tournoi sur terre battue de Rio en février, présente un palmarès de 3-4 à ses quatre derniers tournois sur l’ocre en préparation des Internationaux de France. Au tournoi de Madrid la semaine dernière, il a subi l’élimination au deuxième tour contre l’Espagnol Rafael Nadal, deuxième tête de série.

Auger-Aliassime a eu une seule possibilité de bris contre Coric, qui en a pour sa part obtenu 10. Coric a gagné 81 % de ses points avec sa première balle de service.

Auger-Aliassime disputera le tournoi de Lyon, en France, la semaine prochaine, avant de se rendre à Roland-Garros.

Son coéquipier Denis Shapovalov a pour sa part obtenu son billet pour le deuxième tour, où il a rendez-vous avec le favori et premier joueur mondial, le Serbe Novak Djokovic.

L’Ontarien de 20 ans a vaincu l’Espagnol Pablo Carreno Busta 6-3 et 7-6 (5). Ce gain a mis fin à une séquence de quatre revers pour Shapovalov, 22e joueur mondial, vaincu à ses trois matchs précédents sur la terre battue européenne après son solide parcours qui l’avait mené jusqu’aux demi-finales à Miami.

Shapovalov a eu un net avantage sur les points gagnés avec sa deuxième balle de service, convertissant 75 % de ses occasions contre 43 % pour Busta. Le Canadien a converti une seule de ses 12 balles de bris contre son adversaire, mais ce fut suffisant pour la victoire.

La série d’affrontements entre les deux joueurs est maintenant égale 1-1. Busta avait défait Shapovalov en huitièmes de finale aux Internationaux des États-Unis, en 2017.

La routine pour Serena

L’Américaine Serena Williams a beaucoup mieux paru qu’à son match précédent en mars et elle a entrepris sa saison sur la terre battue avec une victoire de routine de 6-4 et 6-2 aux dépens de la Suédoise Rebecca Peterson, une joueuse issue des qualifications, hier à Rome.

Au prochain tour, elle a rendez-vous avec sa sœur Venus pour un premier affrontement entre les deux sur la terre battue européenne en presque 17 ans.

Venus, qui a gagné son seul titre à Rome il y a 20 ans, a eu raison de la Belge Elise Mertens 7-5, 3-6 et 7-6 (4) à l’issue d’un match de plus de trois heures. Elle a eu besoin de neuf balles de match avant de venir à bout de son adversaire.

Le dernier match des sœurs Williams sur terre battue remonte à la finale des Internationaux de France en 2002, une victoire de Serena. À leur dernier match à Rome, Venus l’avait emporté en quarts de finale, en 1998.

« C’est fou ! Je m’en souviens vaguement. Nous avons joué si souvent l’une contre l’autre. Ainsi va la vie. »

— Serena Williams au sujet de son dernier match contre sa sœur Venus à Rome

En mars, au Masters de Miami, Williams avait eu besoin de trois manches pour vaincre Peterson.

« Cela fait un moment. Je n’ai pas beaucoup joué de matchs cette année, a dit Williams. Ce n’est pas mon choix, mais par la force des choses. Je voulais vraiment, vraiment, mais vraiment être ici et jouer. Ça fait du bien d’être finalement de retour. Espérons que je pourrai poursuivre de la même façon. »

Williams a terminé son match avec 28 coups gagnants, contre 8 pour Peterson, et elle n’a commis que 2 fautes directes de plus que la Suédoise (22-20).

Il s’agit du premier tournoi de Williams depuis son forfait avant son match de troisième tour au Masters de Miami, en mars, à cause d’une blessure au genou gauche. À sa dernière présence à Rome, en 2016, elle avait enlevé le titre, son quatrième en carrière.

« Je n’ai pas été capable de m’entraîner beaucoup. J’ai été à l’écart du jeu beaucoup plus longtemps que prévu, a ajouté Williams. Mais j’ai tout fait pour rester en forme et garder mon cardio. J’aime la saison sur terre battue et je voulais y participer. »

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.