Sinorama

Des voyages réorganisés par l’administrateur PwC 

Les trois premiers voyages outre-mer de Vacances Sinorama orchestrés sous l’égide de son administrateur provisoire s’entament cette semaine, mais les séjours qui avaient été vendus par l’agence de voyages montréalaise ne sont plus organisés par elle. « C’est un autre voyagiste qui leur offre un voyage équivalent en termes de destination et de qualité d’hôtel », a indiqué l’associé responsable du dossier chez PricewaterhouseCoopers, Christian Bourque. « On ne veut pas d’incertitude. » Le 3 août dernier, l’administrateur provisoire avait fait savoir que les voyages en Chine et en Europe étaient maintenus au moins jusqu’à la fin d’août. « Pour cette semaine, c’est réglé, on s’attaque maintenant aux prochaines semaines », précise Christian Bourque. Une douzaine de voyages de courte durée en autocar prévus entre le 1er et le 15 août ont toutefois été annulés parce que moins de 20 sièges étaient occupés, en conformité avec la politique habituelle de Sinorama.

— Marc Tison, La Presse

Ciment McInnis

Démission surprise du PDG

Ciment McInnis a perdu son président et chef de la direction, Hervé Mallet, qui avait été nommé en novembre 2016 pour redresser l’entreprise aux prises avec des dépassements de coûts dans la construction de ses installations de Port-Daniel–Gascons.

« Le président et chef de la direction de McInnis depuis novembre 2016, M. Hervé Mallet, quitte la société. Le conseil d’administration tient à souligner le travail accompli pendant la période où M. Mallet a assumé la direction de l’entreprise, et l’en remercie », dit le communiqué diffusé par l’entreprise.

Aucune explication n’a pu être obtenue sur les raisons de ce départ. « On s’en remet au communiqué », s’est contentée de dire la porte-parole de Ciment McInnis, Maryse Tremblay, qui a évoqué la confidentialité des discussions entre le PDG et le conseil d’administration.

Même discrétion du côté de la Caisse de dépôt et placement du Québec, qui est l’actionnaire principal de l’entreprise (avec une participation de 55 %) qui se fait connaître sous le nom « Ciment McInnis, la nouvelle compagnie de ciment ».

« On ne commentera pas l’annonce faite par le conseil d’administration », a fait savoir Maxime Chagnon, porte-parole de la Caisse.

D’importants dépassements de coûts

La Caisse est devenue le principal actionnaire de Ciment McInnis en 2016, quand le projet piloté par l’ex-PDG de Bombardier Laurent Beaudoin a fait face à d’importants dépassements de coûts.

La cimenterie a coûté presque 500 millions de plus que la somme de 1,1 milliard prévue à l’origine, et la Caisse de dépôt a augmenté sa mise dans le projet. En additionnant les mises de fonds de la Caisse et celles d’Investissement Québec, le projet a obtenu plus de 600 millions de fonds publics.

Ciment McInnis a été inauguré en septembre 2017 et sa production est en augmentation, mais l’usine n’a pas encore atteint sa capacité maximale de 2,3 millions de tonnes annuellement, a indiqué l’entreprise hier.

La Caisse de dépôt, pour sa part, a entrepris de chercher des investisseurs qui pourraient acheter sa participation en tout ou en partie. Cette démarche, lancée en février, n’a encore rien donné. « C’est toujours ouvert, a fait savoir Maxime Chagnon. On est à évaluer différents scénarios. »

Hervé Mallet était arrivé à la tête de Ciment McInnis dans la tourmente causée par les dépassements de coûts. Il avait été choisi à la suite d’un processus de recrutement international, notamment pour son expérience dans les acquisitions et les redressements d’entreprises.

C’est l’actuel chef de la direction financière de McInnis, Jean Moreau, qui assure l’intérim comme président et chef de la direction.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.