Californie

Neuf morts à Paradise, Malibu sur le qui-vive

Un incendie de forêt a fait neuf morts dans le nord de la Californie, ont annoncé les autorités, hier. Le feu, qui a éclaté jeudi près de la ville de Paradise, progresse si rapidement que les pompiers ont renoncé à le combattre. Le brasier a d’ailleurs quadruplé pour atteindre une superficie de 285 kilomètres carrés après avoir rasé la majeure partie de la municipalité de 30 000 habitants.

Au moins cinq victimes ont été retrouvées par des enquêteurs dans des voitures calcinées.

Le capitaine Scott McLean, du département des forêts et de protection contre les incendies de Californie, a expliqué que les pompiers avaient abandonné leur lutte contre les flammes pour aider les citoyens à fuir.

Si l’on tient compte des incendies de forêt qui sévissent dans le sud de la Californie, environ 157 000 personnes ont été évacuées dans l’État en raison des feux, notamment à Malibu, qui compte 13 000 résidants. De nombreuses célébrités qui vivent dans cette région cossue ont dû quitter leur résidence. C’est le cas notamment de Kim Kardashian, de l'actrice Alyssa Milano et du réalisateur mexicain Guillermo del Toro.

Lorsque Paradise a été évacuée, la directive a donné lieu à un véritable exode et à plusieurs bouchons de circulation qui ont forcé des automobilistes à abandonner leur véhicule et à s’enfuir à pied.

De nombreux habitants ont raconté avoir vu leur ville se faire dévorer par les flammes, y compris les maisons, les supermarchés, les commerces, les restaurants, les écoles et une résidence pour personnes âgées.

Destruction quasi complète

Les zones rurales n’ont pas échappé au désastre. De multiples résidences sont équipées de réservoirs de propane qui ont explosé « comme des bombes » sous l’effet de la chaleur, a confié Karen Auday, l’une des personnes évacuées.

Selon M. McLean, des milliers de bâtiments ont brûlé à Paradise, qui est située à environ 290 kilomètres au nord-est de San Francisco.

« La communauté de Paradise est presque complètement détruite », a commenté le capitaine.

« Je pense que nous avons perdu une école secondaire et au moins l’une des écoles primaires », a ajouté la maire de Paradise, Jody Jones, citée par le journal Los Angeles Times.

« L’ampleur de la destruction que  nous avons vue est vraiment incroyable et à fendre le cœur. »

— Mark Ghilarducci, du bureau des services d’urgence du gouverneur de Californie

L’immense incendie de forêt qui a frappé Paradise se propageait vers le nord, hier, poussant les autorités à évacuer Stirling City et Inskip, deux municipalités sises près des contreforts de la Sierra Nevada.

Alimentées par les vents, les flammes gagnaient aussi du terrain vers l’ouest jusqu’à atteindre les limites de Chico, une localité de 90 000 âmes. Les pompiers ont toutefois été en mesure de stopper la progression du feu avant qu’il n’entre dans la ville, où des avis d’évacuation demeuraient toutefois en vigueur hier, a précisé le capitaine Bill Murphy du service des incendies de la Californie.

Les vents s’étaient calmés dans la vallée, mais étaient toujours changeants au sommet, soufflant jusqu’à 72 km/h, a ajouté le capitaine Murphy.

Vers la mer

Dans le sud de la Californie, le service des incendies du comté de Los Angeles a écrit sur Twitter que l’incendie qui faisait rage dans les montagnes de Santa Monica se dirigeait vers l’océan. Un autre feu brûlant plus loin à l’ouest dans le comté de Ventura avait aussi pris la direction de la mer.

Le service national de météorologie des États-Unis a diffusé des avis d’incendies dangereux dans plusieurs régions de l’État, affirmant que le faible taux d’humidité et les vents puissants devaient se maintenir au cours de la soirée hier.

La Californie a été frappée depuis la fin de l’année 2017 par de nombreux incendies, rendus particulièrement violents par la sécheresse et les conditions climatiques, qui ont fait plus d’une dizaine de morts.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.