Littérature

La fiction en cadeau

Offrir un roman, c’est comme offrir un voyage : vos proches franchiront les frontières du temps et de l’espace en se laissant transporter par des histoires.

Œuvre originale

Depuis la publication de sa trilogie La Bête, David Goudreault fait partie des auteurs dont on peut acheter les romans les yeux fermés, convaincu que leur créativité trouvera toujours un moyen de nous surprendre et de nous séduire. Reconnu pour sa plume singulière et ses histoires originales, l’écrivain délaisse son petit bum pour un personnage d’écrivaine, qu’il suit dans sa solitude et sa soif d’absolu, de la naissance jusqu’à la mort.

Ta mort à toi, David Goudreault, Stanké, 24,95 $

Se battre avec les éléments

Goûter à la plume d’Andrée A. Michaud vient avec un risque de dépendance pour les histoires riches et haletantes. Accumulant les prix prestigieux depuis ses débuts (dont deux prix du Gouverneur général), l’autrice de Bondrée plonge cette fois ses lecteurs dans la tourmente d’une tempête sur les deux versants du Massif bleu, en suivant le destin de deux êtres qui tentent de sauver leur peau. 

Tempêtes, Andrée A. Michaud, Québec Amérique, 24,95 $

Apprendre à se connaître

En 2011, Naomi Fontaine a publié son premier roman, Kuessipan, qui vient d’être adapté au cinéma grâce à la collaboration entre l’autrice innue et la réalisatrice québécoise Myriam Verreault. Huit ans plus tard, voilà que l’écrivaine publie un autre roman, dans lequel elle écrit une lettre à Shuni, une jeune Québécoise venue aider dans son coin de pays. Elle évoque les rapports entre leurs communautés, le défi d’être fidèle à soi-même et à ses racines.

Shuni, Naomi Fontaine, Mémoire d’encrier, 19,95 $

Gilead bascule

Près de 35 ans après avoir publié The Handmaid’s Tale, l’une des dystopies les plus troublantes et marquantes de la littérature, Margaret Atwood récidive avec la suite tant attendue. N’allez pas croire que la Canadienne ne fait que surfer sur le succès de l’adaptation télé de son roman. L’écrivaine a imaginé une suite 15 ans plus tard, en suivant trois personnages jusqu’à ce que cette prison à ciel ouvert ultrareligieuse, sexiste et réactionnaire bascule.

Les Testaments, Margaret Atwood, Robert Laffont, 34,95 $

Faire le deuil d’un enfant vivant

Le sujet est aussi délicat que la plume qui le raconte est touchante. La comédienne et autrice Francine Ruel a écrit comment elle a fait le deuil de son fils, petit garçon lumineux devenu grand homme tourmenté et perdu à la dérive du monde. En exposant son histoire déchirante à travers des personnages, elle touche à une corde sensible chez bien des lecteurs : sa présence dans les salons du livre cet automne était fort courue.

Anna et l’enfant-vieillard, Francine Ruel, Librex, 22,95 $

Le nouveau Tremblay

Tel un éclat de lumière perçant la grisaille automnale, Michel Tremblay conclut sa trilogie du Cœur, entamée en 1986 avec Le cœur découvert et poursuivie sept ans plus tard avec Le cœur éclaté, en publiant Le cœur en bandoulière. Ayant l’habitude de retrouver ses personnages à différents stades de leur vie, l’écrivain s’intéresse ici à la quête d’amour de Jean-Marc, un homme de 76 ans qu’il décrit comme une sorte d’alter ego. 

Le cœur en bandoulière, Michel Tremblay, Leméac, 17,95 $

Le retour de Maud Graham

Preuve de la fidélité de son lectorat et de sa capacité à imaginer des intrigues toujours aussi prenantes, Chrystine Brouillet a vendu plus de 700 000 exemplaires des romans mettant en scène la détective Maud Graham. Loin des jeunes/vieux enquêteurs tourmentés et alcooliques qu’on voit trop souvent dans les romans policiers, mais ayant néanmoins des imperfections qui la rendent profondément humaine, Graham s’intéresse ici au cas d’une adolescente en fugue, avant de découvrir des ramifications insoupçonnées.

Dans son ombre, Chrystine Brouillet, Éditions Druide, 24,95 $

L’histoire de Téta et des siens

Quand sa grand-maman, sa Téta, meurt à 107 ans, Léa ressent un besoin viscéral : combler les silences, tracer une ligne entre les fragments d’informations qu’elle connaît sur son aïeule et partir à la recherche de ses racines en Turquie et en Syrie. Tout au long du premier roman très touchant de la journaliste Rima Elkouri, les lecteurs découvriront non seulement une femme fascinante, mais également la tragédie qui a touché le peuple arménien.

Manam, Rima Elkouri, Boréal, 22,95 $

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.