Coup de départ

Une question de temps!

Lorsque Tiger Woods a remporté, au mois d’octobre dernier, le Championnat Zozo disputé au Japon, les sceptiques ont dû faire face à l’évidence. L’ultime marque de 82 victoires de Sam Snead tombera, ou... serait-elle déjà tombée? Compte rendu d’un record malheureusement imprécis.

Les paris sont ouverts

Allons-y tout d’abord avec une prédiction qui ne devrait pas étonner outre mesure : Tiger Woods signera une 83e victoire.

C’est pourquoi dès le début de la saison 2020, les gens de la presse médiatique – mettez mon nom dans le chapeau – ont spéculé sur le parcours qui verrait Tiger Woods marquer l’histoire.

Est-ce que ce sera Torrey Pines? Non! Riviera? Non plus. Club de golf Chapultepec? Pas de veine, il n’y était pas. Bay Hill? Autre absence remarquée! Le championnat des joueurs? On voulait protéger son dos, mais de toute façon, c’est à ce moment-là que tout a basculé.

D’un point de vue sportif, le monde professionnel a été stoppé en raison de la COVID-19.

Malgré le fait que le calendrier de la PGA ait été chamboulé, la question du début de saison entourant Tiger reste la même. À quoi ressemblera son horaire? Cette interrogation est encore plus intrigante, compte tenu du calendrier modifié.

Les parcours où il choisit de se présenter s’agencent parfaitement avec le style de golfeur qu’il est, à 44 ans. Ne vous attendez pas à ce qu’il participe à un évènement où le cumulatif du gagnant avoisine les -30, ce n’est plus son style.

En fait, si vous voyez à l’horaire un parcours qui demande un contrôle parfait de tous les aspects du jeu, il y sera. Une chose est certaine, les tournois majeurs resteront les pierres angulaires de son horaire de compétition. Par contre, une simple variable peut toujours faire basculer l’univers de Tiger : sa condition physique.

Le froid, l’ennemi juré

Si vous avez écouté quelques conférences de presse de Tiger Woods, vous savez pertinemment qu’il prend un soin jaloux de sa préparation physique la semaine d’un tournoi. En fait, se lever plus de quatre heures avant un départ matinal est monnaie courante.

Ajoutons le fait que Tiger n’a jamais été un grand dormeur. Son équipe médicale doit s’assurer que tous ses muscles sont bien réchauffés s’il veut s’élancer avec contrôle, aisance et ainsi se retrouver sur la première page du tableau des meneurs.

Résultat : les heures de départ combinées à la température extérieure sont des facteurs qui jouent un rôle prépondérant dans la qualité de ses résultats.

Malheureusement pour tout le monde, cette carcasse de 44 ans qui a été trop de fois raccommodée doit être soigneusement surveillée et préparée s’il désire rivaliser avec les meilleurs au monde. Les amateurs devront se contenter de voir le Tigre entre 10 et 15 fois par année d’ici la fin de sa carrière. Le temps où il gagnait sans être en pleine possession de ses moyens est révolu.

Du même coup, la fenêtre d’opportunité s’amincit pour ce qui est du plus grand chiffre de l’histoire du golf : 18. Ce chiffre représente le nombre de victoires majeures remportées par Jack Nicklaus.

Encore une fois, il s’agit d’un autre débat…

WOODS VS SNEAD

Comme dirait « Le Prophète », Ron Fournier, toute comparaison est farfelue! Depuis tellement d’années, le monde des statistiques compare les exploits des plus grands en faisant fi des époques.

C’est tellement facile de comparer des chiffres. 25 est mieux que 24. 83 est mieux que 82. Le sport des années 1950 n’a rien à voir avec le sport des années 1980, tout comme celui des années 2000.

Malheureusement pour le clan Snead, le circuit de la PGA n’était pas une entité en soi lorsqu’il empilait les victoires professionnelles. Il devenait donc difficile par la suite de retracer les véritables statistiques. Selon le défunt et son entourage, le chiffre officiel serait de 89.

Un groupe d’historien s’est affairé à mettre de l’ordre dans les écrits de l’association PGA of America à la fin des années 1980. Ils ont jugé que le chiffre était de 84 victoires, pour le réduire à 81 un an plus tard, pour finalement statuer officiellement à 82 en 1995.

À première vue, ça ne semblait pas sérieux tout ça, mais depuis ce temps, cette marque est maintenue par les autorités du circuit de la PGA.

Il n’en demeure pas moins que Snead devait rivaliser avec les grands de son époque dont Ben Hogan, Byron Nelson, Jimmy Demaret et Cary Middlecoff notamment. À eux quatre, ils totalisent pas moins de 238 victoires qui ont été inscrites sur le circuit de la PGA entre 1935 et 1965, pour la plupart.

Si l’on compare les grands golfeurs de l’époque de Tiger Woods sur une période de 25 ans, vous comprendrez que le total est moins élevé puisque le talent est beaucoup plus partagé aujourd’hui. En fait, si je tiens compte de Woods (82), Phil Mickelson (44) et Vijay Singh (34), j’ai de la difficulté à n’inclure qu’un seul golfeur pour compléter le quatuor.

Qui s’est véritablement démarqué au cours des 25 dernières années. Greg, Norman? Davis Love III? Deux noms qui pourraient faire partie de ce groupe. À débattre lors d’une prochaine chronique! Est-ce que la qualité de la compétition d’aujourd’hui est un argument qui permet de bonifier les 82 victoires de Tiger Woods? Oui et non.

Oui dans la mesure où lorsqu’un joueur fait face à un peloton habituellement de plus de 140 joueurs, dont plus de la moitié a une chance légitime de l’emporter, ça vient amplifier l’exploit de Woods.

Non, parce que la qualité de la compétition professionnelle de chaque époque ne peut être comparée. Peu importe le sport pratiqué, les meilleurs athlètes se sont démarqués des autres avec les moyens qu’ils avaient à leur disposition.

À mon humble avis, si l’on veut comparer Tiger Woods et Sam Snead, on doit d’abord tenir compte justement des autres golfeurs qui ont marqué leur époque respective et se poser la question suivante : quel golfeur a le plus dominé son époque?

Évidemment, en posant cette question, je n’ai d’autres choix que d’ajouter Jack Nicklaus dans le portrait, mais ça c’est encore un autre débat, puisque l’on s’attarde au chiffre obnubilant de 83.

Une question de critères

Pour revenir à la grande comparaison du nombre de victoires, on doit normaliser les critères du circuit PGA Tour qui étaient bien différents dans les années 1940 et 1950. D’ailleurs, plusieurs victoires de Sam Snead ont été acquises lors d’évènements qui comptaient moins de 15 participants.

Ce qui m’amène à mettre en lumière les cinq victoires de Tiger lors du Hero World Challenge qui ne sont pas comptabilisées dans le calcul. Soudainement, le total passerait à 87. Toujours dans le monde des comparaisons, Snead a mérité trois victoires où l’on y a joué 36 trous et une autre acquise alors que l’évènement n’était disputé que sur 18 trous.

De son côté, Tiger a gagné sept exhibitions du Grand Chelem qui démontraient sensiblement les mêmes particularités. Brusquement, on saute à 94! Alors, quel est le bon total?

Comme je l’ai mentionné au début de ce dossier, vos spéculations et arguments sont aussi valides que les nôtres!

Quelques faits saillants

- Tiger est le seul golfeur à avoir remporté les quatre tournois majeurs de manière consécutive.

- Snead a remporté l’Omnium Greater Greensboro à huit reprises. La première fois en 1938 et la dernière fois en 1965, soit à l’âge de 52 ans. Il s’agit toujours du record pour le vainqueur le plus âgé sur le circuit de la PGA.

- Âgé dans la vingtaine, Tiger Woods a remporté un impressionnant total de 46 victoires, ce qui est 16 de plus que son plus proche poursuivant : Jack Nicklaus.

- Sam Snead détient plusieurs records de longévité, dont celui du golfeur le plus âgé à s’inscrire dans le Top 10 lors d’un évènement majeur, soit à l’âge de 62 ans en 1974.

- Entre 1998 et 2005, Woods a probablement enregistré la séquence la plus impressionnante au golf professionnel. Il a participé aux rondes du weekend 142 fois consécutives, surpassant au passage en 2003, la marque de Byron Nelson qui était de 113.

- Alors qu’il servait pour les forces navales de l’armée américaine lors de la Seconde Guerre mondiale, Snead n’a pu participer à 14 évènements majeurs entre 1942 et 1944.

- En 2019, Woods a remporté pour la première fois de sa carrière un tournoi majeur en revenant de l’arrière. Toutes les autres victoires majeures (14) de Tiger Woods ont été signées alors qu’il détenait ou partageait la tête à l’aube de la dernière ronde.

Dans le sac de Tiger

Bois de départ : TaylorMade SIM (9 degrés) Tige : Mitsubishi Diamana D+ White 60 TX

Bois d’allée : TaylorMade SIM Max Rocket 3 (14 degrés) Tige : Mitsubishi Diamana D+ White 70 TX TaylorMade M3 (19 degrees) Tige : Mitsubishi Diamana D+ White 80 TX

Fers : TaylorMade P7TW (3-PW) Tiges : True Temper Dynamic Gold Tour Issue X100

Cocheurs : TaylorMade MG 2 « Tiger MT Grind » (56-12, 60-11 degrés) Tiges : True Temper Dynamic Gold Tour Issue S400

Fer droit : Scotty Cameron Newport 2 GSS

Balles : Bridgestone Tour B XS

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.