adolescence

Trousse des premières menstruations

On aurait bien aimé ça, nous aussi, à l’adolescence : une jolie petite pochette pour les premières règles, avec des serviettes, des protège-slips, même des lingettes, un calendrier circulaire pour comprendre son cycle, et surtout un petit guide illustré, sur l’abc des menstruations, avec des explications toutes claires, et surtout une foule de conseils pratiques. Voilà une sympathique trousse, baptisée Ma Louloute, à offrir à vos préados, pour les préparer, les rassurer, et enfin dédramatiser. Malheureusement, pour l’instant, uniquement offerte en ligne.

— Silvia Galipeau, La Presse

Mythe ou réalité  ?

« Se boucher le nez empêchera de goûter un médicament. » Vraiment ?

Pause vous éclaire sur les mythes qui entourent le domaine de la santé.

La croyance

Le goût des médicaments dilués dans l’eau ou des sirops peut être désagréable. Peut-on l’atténuer en se pinçant le nez ?

La réalité 

Beaucoup de parents ont conseillé cela à leurs enfants récalcitrants. Alain Vadeboncoeur, urgentologue, chef du service de médecine d’urgence de l’Institut de cardiologie de Montréal, y voit une vertu : « L’odeur du médicament se rendra moins jusqu’aux cellules olfactives parce que l’air circulera moins dans les cavités nasales. Si on se bouche le nez, il n’y a pas d’olfaction et peu de rétro-olfaction, une composante importante dans l’appréciation du goût. » En effet, la rétro-olfaction est un mécanisme qui permet de percevoir, à partir du système olfactif, les caractéristiques aromatiques de la substance en bouche. Se pincer le nez permet donc d’atténuer la perception des arômes. Pour mieux faire passer un médicament, Alain Vadeboncoeur conseille de le mélanger avec des jus goûteux si la substance le permet et, ensuite, de se rincer la bouche rapidement.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.