Le fantôme de l’Opéra

Le fantôme en français

Pour la première fois depuis sa création, en 1986, la comédie musicale Le fantôme de l’Opéra sera présentée en version française. Jeudi, la distribution de 20 chanteurs a été dévoilée en vue des représentations qui auront lieu en janvier prochain à Montréal et à Québec.

C’est le jeune baryton québécois et étoile montante de l’art lyrique Hugo Laporte qui assume le rôle-titre. « J’avais hâte de faire ce rôle, et enfin il arrive », a déclaré le chanteur de 28 ans après avoir interprété des extraits pour les médias avec la soprano française Anne-Marine Suire et le chanteur pop Michaël Girard, qui incarnent respectivement Christine et Raoul.

Neuf chanteurs assureront les rôles principaux – dont Catherine Sénart, Éric Paulhus et Frédérike Bédard –, soutenus par un chœur de 11 personnes. L’orchestre Azimut, formé de 40 musiciens et dirigé par Dany Wiseman, jouera la célèbre partition d’Andrew Lloyd Webber.

Une version concert

Les paroles, écrites par Charles Hart et Richard Stilgoe à partir du roman de Gaston Leroux, publié en 1910, ont été traduites par Nicolas Engel. Cette traduction devait être présentée à Paris en 2016, pour les 30 ans de la pièce, mais un incendie au théâtre Mogador a causé l’annulation des représentations.

The Music of the Night devient ainsi Donne-moi la musique de la nuit dans la version française de la comédie musicale, dont la mise en scène est assurée par Étienne Cousineau. Connu du grand public grâce à son passage remarqué à La voix, le chanteur fait aussi depuis des années de la mise en scène d’opérette.

« C’est un hasard si je me retrouve là, avoue Étienne Cousineau. Je connaissais le directeur artistique, Alexis Pitkevicht, et, quand il me l’a proposé, j’ai été obligé de dire oui ! Mais je sais que c’est un énorme défi. »

Ce qui sera présenté en janvier est une version concert, « à mi-chemin entre le récital et la pièce jouée », explique Étienne Cousineau, qui précise que l’orchestre sera installé sur la scène. Pas de grands décors ni de gros effets, donc, mais quand même des costumes, des effets lumineux et quelques éléments physiques pour permettre de se retrouver dans l’histoire, dont bien sûr le fameux lustre, qui est un personnage en soi.

Dans sa version originale, Le fantôme de l’Opéra a été vue par 140 millions de spectateurs depuis 30 ans.

Au Théâtre St-Denis de Montréal, du 8 au 12 janvier et du 23 au 26 janvier, et au Grand Théâtre de Québec, du 17 au 19 janvier

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.