(Déjà) la dernière chance de l’Impact ?

L’Impact (4-11-0) affronte Orlando City (6-7-1) ce soir dans le premier d’une série de deux matchs. Ces deux rendez-vous s’annoncent déterminants pour le onze montréalais qui, advenant deux défaites, devra vraisemblablement déjà se résigner à hisser le drapeau blanc dans les hauteurs du stade Saputo.

Au cours d’une saison, tous les matchs sont importants, certes, mais certains comptent plus que d’autres.

Lorsqu’on affronte un concurrent direct, mieux vaut ne pas manquer sa sortie, car l’écart qui en découle pourrait bien être fatal dans le décompte final. C’est pourquoi les deux matchs contre Orlando constituent, pour le milieu défensif de l’Impact, Samuel Piette, de proverbiaux « matchs de six points ».

Avec 19 points à son compteur, Orlando occupe la sixième et dernière place donnant accès aux séries d’après-saison. Posté sept points derrière, l’Impact pourrait, avec deux victoires, ne revenir qu’à une petite longueur des Lions et, du même coup, faire renaître dans le camp bleu-blanc-noir l’espoir d’une participation aux rondes éliminatoires.

Dans le cas contraire, deux défaites face à cet adversaire direct amenuiseraient davantage les chances de l’Impact de se retrouver au-dessus de la ligne rouge en octobre, déjà qu’elle semble s’éloigner à vue d’œil…

Heureusement pour le club tricolore, Orlando connaît sa pire séquence de la saison, l’équipe s’étant inclinée à ses cinq dernières sorties en MLS.

« Ils traversent une période difficile eux aussi. C’est donc une grande opportunité pour nous d’aborder ces matchs sans crainte et sans retenue, surtout le premier match à domicile », a déclaré en point de presse le latéral gauche Daniel Lovitz.

Pour sa part, le milieu de terrain Saphir Taïder croit qu’il ne faut pas « trop regarder l’adversaire », qu’il se porte bien ou non. « Ce dont on a besoin, ce sont des points. L’objectif, c’est donc de gagner les deux matchs et de garder cet état d’esprit-là pour récolter le plus de points possible par la suite », a-t-il souligné.

Panne sèche en attaque

Au cours des six derniers matchs, l’Impact n’a fait mouche qu’une seule fois, dans une victoire de 1-0 contre Houston il y a deux semaines. Cela représente un maigre but au cours des 580 dernières minutes de jeu, ce qui en dit long sur sa moyenne d’un but par match cette saison.

Le manque de réussite de l’Impact au cours du dernier mois n’est pas étranger aux insuccès d’Ignacio Piatti, l’habituelle et malheureusement seule bougie d’allumage de l’Impact à l’attaque cette saison. Le joueur argentin connaît sa plus longue disette offensive depuis ses débuts à Montréal : il n’a inscrit aucun but et n’a délivré aucune passe décisive à ses six derniers matchs.

Malgré tout, Samuel Piette ne semble pas préoccupé outre mesure par les récentes difficultés du joueur désigné. « On sait qu’offensivement, c’est notre plus grande menace. Il n’est pas dans un bon moment et il le sait. »

« Je ne suis pas inquiet pour lui. Quand il va débloquer, ça va débloquer pour vrai. On connaît ses qualités. »

— Samuel Piette au sujet d’Ignacio Piatti

Le match pourrait toutefois connaître un dénouement différent ce soir, Orlando City ayant souvent été impliqué dans des festivals offensifs cette saison. Si l’équipe encaisse, somme toute, beaucoup de buts, elle compte aussi sur une attaque remodelée depuis le départ du joueur brésilien et Ballon d’or Kaká.

Dom Dwyer, ancien attaquant de puissance du Sporting Kansas City, et Sacha Kljestan, meilleur passeur de la ligue lors des deux dernières campagnes avec les Red Bulls de New York, font partie des nouveaux visages de la concession floridienne et seront assurément à suivre du côté de l’Impact. Saphir Taïder rappelait d’ailleurs hier que, malgré les problèmes des siens à l’attaque, « il ne faut pas simplement tenter de marquer, il ne faut pas prendre de buts non plus. Ça va dans les deux sens ».

Le coup d’envoi du match sera donné ce soir à 19 h 30 au stade Saputo. Le match retour sera présenté le 23 juin à Orlando.

Coupe du monde Les joueurs se mouillent

Daniel Lovitz nous a confié qu’il mentirait s’il disait qu’il n’accorderait pas d’attention à la Coupe du monde, qui prendra son envol demain. « Nous sommes tous des fans du sport. Évidemment que nous tenterons de regarder le plus de matchs possible ! » a-t-il lancé avec enthousiasme. « Cependant, la priorité demeure d’abord et avant tout que nous restions concentrés sur ce que nous voulons accomplir en club », a-t-il assuré. Même s’il affectionne tout particulièrement la Belgique, Lovitz aime regarder la Coupe du monde, quelles que soient les équipes qui s’affrontent. Ce qui l’intéresse le plus, ce sont les joueurs qui connaissent un succès inattendu au Mondial. Pour sa part, Samuel Piette se rangera derrière l’Espagne, puisqu’il y a déjà évolué. Il ose prédire une finale Argentine-Espagne, du moins, c’est l’affiche qu’il souhaiterait, puisque Lionel Messi est l’un de ses joueurs favoris. Enfin, Saphir Taïder voit bien la France, l’Allemagne ou le Brésil soulever le trophée le 15 juillet.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.