Face à face avec…

Scott Walford

Ce fut une saison excitante pour Scott Walford. Le défenseur des Royals de Victoria et adjoint au capitaine a établi de nouveaux sommets personnels au chapitre des buts (9), des mentions d’aide (38), des points (47) et du différentiel (+12). Walford a également terminé à égalité au deuxième rang des meilleurs pointeurs de son équipe en série grâce à une récolte de sept points (7A), aidant les Royals à accéder au deuxième tour. Victoria s’est finalement incliné en quatre matchs contre les Giants de Vancouver. Nous nous sommes récemment entretenus avec le défenseur de 20 ans.

Nous nous souvenons que tu avais suivi des cours de français à l’école. As-tu eu l’occasion de mettre ton français à profit ?

SCOTT WALFORD : J’ai fait le programme d’immersion française jusqu’à la neuvième année et j’ai fini… j’ai accéléré le tout. J’ai donc terminé mes études, mais j’ai suivi le programme d’immersion française jusqu’à la neuvième année.

J’ai passé un mois à Montréal l’été dernier avant le camp. Donc, quand j’étais là-bas, j’ai eu l’occasion de me pratiquer. J’étais avec une famille d’accueil et ils parlaient tous français. Donc, ils ont été très gentils avec moi et ils m’ont beaucoup aidé avec mon français.

Que penses-tu de ta saison dans son ensemble ?

SW : Ce fut une grosse saison pour moi. Avant le début, j’ai eu la chance de passer un mois à Montréal pour la réadaptation d’une blessure que j’avais subie. J’ai commencé de la sorte, et j’ai rencontré des gars comme Jeff Petry, Paul Byron et Andrew Shaw qui m’ont vraiment aidé. C’était une bonne motivation pour moi de voir où je pouvais me rendre. Et puis, quand je suis rentré à Victoria, nous étions une équipe sous-estimée la majeure partie de la saison. C’était donc agréable de jouer dans une équipe où nous avons essayé de prouver que beaucoup de gens avaient tort. Ce n’était pas la fin de la saison que nous voulions, mais c’était une excellente saison pour beaucoup de gars de notre équipe. Espérons que nous pourrons gagner quelques matchs en séries l’an prochain.

Parle-nous davantage de ton travail à Montréal avec les Canadiens.

SW : Je patinais et je travaillais un peu avec ces gars-là vers la fin de leur été. Je pense qu’ils sont arrivés un peu plus tôt que la plupart des gars. Ils ont été de bons modèles pour moi. Ils ne m’ont pas traité comme si j’étais simplement un espoir et eux des joueurs de la LNH. Ils m’ont traité comme l’un des leurs. Ils m’ont vraiment aidé et je me sentais à l’aise de venir à la patinoire tous les jours et d’être avec ces gars. Ce sont des gens extraordinaires.

Qu’as-tu ressenti lorsque tu as vu que tu pouvais contribuer en séries comme tu l’as fait ?

SW : C’était bien de pouvoir aider mon équipe autant que je le pouvais en séries. Pour moi, en tant que joueur, je sais que ce n’est pas seulement offensivement que je peux contribuer au jeu. Je peux contribuer de plusieurs manières. Une chose dont je suis fier, c’est d’essayer d’être le meilleur possible dans mon propre territoire d’abord, puis si des points viennent de cela, tant mieux. Mais je ne concentre pas mon jeu simplement sur les points. Je veux aider mon équipe du mieux que je peux. Et si j’ai une chance d’appuyer l’attaque, je veux toujours le faire. C’est quelque chose que mon père m’a toujours dit. Je ne veux rien forcer ; Je veux jouer un jeu honnête. Et je veux juste m’assurer que je suis bon pour mon équipe tous les soirs.

Tu n’avais pas participé pleinement aux séries depuis 2016. Est-ce que cela t’a motivé davantage ?

SW : C’est certain. Mes deux dernières saisons se sont terminées en raison de blessures, c’était plutôt dévastateur. Et bien sûr, si je regarde l’année dernière, c’était très difficile pour moi de rater la deuxième ronde éliminatoire, mais c’est vraiment ce qui m’a motivé durant la saison morte à revenir mieux que jamais. Et je pense que c’est la principale raison pour laquelle j’ai eu ma meilleure entre-saison, ce qui m’a permis de me préparer non seulement pour toute la saison, mais aussi pour les séries éliminatoires. Et c’est pourquoi j’ai pu aider mon équipe quand je le pouvais.

Quels sont tes plans pour l’entre-saison ?

SW : Je suis toujours à Victoria, je reste encore avec certains des gars. Je vais être un peu ici avant le début de mon entraînement. Je pense que je vais aller au Mexique dans quelques semaines et que je vais simplement me détendre et m’assurer que je suis prêt à commencer l’entraînement. Je retournais immédiatement à l’entraînement par la suite. Mais après avoir été obligé de prendre un mois de congé en raison d’une blessure l’année dernière, j’ai constaté que cela aidait beaucoup mon corps. J’essaie donc simplement de me reposer pour m’assurer que mon corps se sent bien. J’essaie juste de prendre un peu de repos après la saison avant de revenir.

Ton statut contractuel est un peu en suspens, mais à part cela, voudrais-tu de nouveau t’entraîner à Montréal cet été ?

SW : Exactement. C’est certainement quelque chose que j’aimerais faire de nouveau, mais je ne peux rien confirmer en ce moment.

Entrevue réalisée par Dan Braverman, traduite par Pierre-Antoine Mercier

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.