Voyage

Vibrer à l’heure de Rio

Souvent dansante et électrique, parfois langoureuse et romantique, Rio de Janeiro au Brésil est tout sauf ennuyante. Avec ses plages interminables, sa riche scène culturelle et ses panoramas grandioses, cette ville possède une ambiance contagieuse à laquelle il est impossible de résister.

Une ville de plage

Rio est une ville résolument tournée vers la mer. Dès les premières lueurs du jour, des plages comme Ipanema et Macumba sont prises d’assaut par les baigneurs et les surfeurs venus faire le plein d’énergie. On plonge sans modération dans cette culture de la plage (praia) en cognant à la porte du Rio Surf N Stay, un camp de surf qui accueille les planchistes novices ou chevronnés dans un décor paradisiaque, à 45 minutes de Copacabana.

Le Carnaval, au-delà des paillettes

On a tous vu les images du Sambodrome et de ses danseurs exubérants, mais le Carnaval a tellement plus à offrir. Pendant deux semaines début février, la ville entière s’anime au rythme de dizaines de fêtes de rue (blocos de rua) endiablées où les Cariocas – les habitants de Rio – célèbrent leur joie de vivre. Certaines prennent la forme de longs cortèges qui mobilisent des milliers de participants costumés, tandis que d’autres, plus intimes, rassemblent voisins et amis musiciens autour de succulentes grillades. Une sacrée ambiance  !

Déferlante de décibels

Avec sa vie nocturne incomparable, Rio mérite sa réputation de capitale culturelle du Brésil. Pour entendre et voir en concert des groupes de musique locale, on sort dans Lapa, un quartier moins huppé que Copacabana, mais à l’ambiance ô combien électrisante. Parmi les bonnes adresses, on retient Sacrilégio (samba et MPB, une musique populaire dérivée de la bossa-nova), Club Six (house, hip-hop), Leviano Bar (jazz) et Carioca da Gema (samba et chorinho, un style instrumental très rythmé avec flûte et guitares). Les soirs de fin de semaine, la fête déborde dans la rue  !

S’en mettre plein la vue

Que ce soit en raison de son relief inusité ou de ses quartiers colorés, Rio représente un terrain de jeu extraordinaire pour les amateurs de photographie. L’expérience redouble d’intérêt si on suit un professionnel comme Rodrigo Romano, de Rio Photo Tours, qui connaît la ville comme le fond de sa poche. Ce passionné d’urbanisme dirige les visiteurs vers les meilleurs points de vue pour immortaliser des lieux emblématiques comme le Christ rédempteur ou des secteurs à l’architecture déroutante comme Niterói.

Élan vertical

Dominant la baie de Guanabara du haut de ses 396 mètres, le mont du Pain de sucre est le symbole par excellence de Rio à travers le monde. Pour arriver au sommet de ce colosse de granite, on peut emprunter son célèbre téléphérique ou encore enfiler des chaussons de grimpeur. La montagne possède près de 100 voies d’escalade de tous les niveaux de difficulté. Avec un guide de Rio Mountain Sports, c’est l’occasion idéale pour tester ses habiletés athlétiques tout en admirant la mer à ses pieds.

Bain de nature

Rio a beau compter 6,5 millions d’habitants, il est facile d’y respirer un grand bol d’air frais. En plein cœur de la ville se trouve le parc national de la Tijuca, l’une des plus vastes forêts urbaines au monde avec 39,5 km² de jungle luxuriante, de montagnes escarpées, de chutes et de grottes. Son réseau de sentiers bien balisés permet d’explorer sans difficulté son territoire abritant plus de 1 500 espèces végétales et différentes espèces animales comme le ouistiti, le paresseux et le toucan.

L’envers du décor

En mettant les pieds à Rio, on a l’impression qu’il y a deux villes, celle des cartes postales et celle des favelas. Pour découvrir la réalité de ces quartiers défavorisés où vivent 20 % des Cariocas, on fait appel à Marcelo Armstrong qui organise depuis 1992 des visites dans Vila Canoas et Rocinha. Sans verser dans le voyeurisme, les excursions à pied permettent d’aller à la rencontre de leurs habitants et donnent des repères pour mieux comprendre la société brésilienne.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.