Gourmand Critique

Charmant Tendresse

Bistro Tendresse

Pour un repas végétalien, mais pas grano !

C’est un phénomène visible à l’œil nu : la prolifération des adresses véganes à Montréal. Depuis quelques mois, la cadence s’accélère, et nombre d’adresses proposent aux végétaliens, d’un soir ou d’une vie, des plats sans produits d’origine animale dans un décor et une ambiance qui n’ont rien à envier aux restaurants traditionnels.

Longtemps étiquetés « grano », les restaurants véganes s’émancipent de plus en plus. Le Lov du Vieux-Montréal a sans doute lancé la tendance, en 2016, prouvant qu’on pouvait allier resto branché et nourriture végétale.

L’une des nouvelles adresses qui résument le mieux ce qu’un restaurant végane peut être – et devrait être – en 2019 est le bistro Tendresse.

Implanté rue Sainte-Catherine Est depuis mars, à deux pas de la station de métro Beaudry, le Tendresse est le projet de la gang allumée – Marc-Antoine Colombe et Isabelle Corriveau, joints ici par Catherine St-Cyr et Étienne Parent – qui nous a donné le populaire Renard, juste en face, un bar de quartier inclusif qui dépoussière l’image du Village.

Comme son voisin, le Tendresse ravit avec son joli décor coloré et actuel, auquel s’ajoute pendant la belle saison une invitante terrasse dans les tons de bleu. Qu’on soit sur les banquettes de velours ocre ou sur les mignons bancs roses au bar, on s’y sent immédiatement bien.

Esprit décontracté

Par une journée caniculaire, nous y avons essayé le menu du midi. Menu qui est identique à celui du soir ; l’endroit, ouvert en continu de 10 h à 22 h, propose également une courte carte de brunchs, servis toute la journée pour les lève-tard, et une nouvelle table d’hôte du midi à 21 $.

Bref, on ne se casse pas la tête et l’on mange (et boit) ce que l’on veut, quand on le veut, au Tendresse. Cet esprit décontracté donne vraiment son charme à l’endroit, qui offre une belle carte de cocktails « santé », dont plusieurs à base de jus frais, ainsi qu’une sélection vraiment chouette de vins en biodynamie.

C’est d’ailleurs vers les cocktails que nous nous tournons, mais en version « mocktail », midi oblige. La Carotte, et sa combinaison de jus frais de carotte, orange, gingembre et citron, est vivifiante et rafraîchissante. On en boirait un pichet ! Le Fuchsia de notre invitée, avec jus de betterave, lime et orgeat, est en revanche un peu trop dilué, perdant en saveur. 

Plats réjouissants

Après maintes tergiversations – c’est que tout, sur le menu, attise notre convoitise, que ce soit le tofu façon Tao ou encore les raviolis farcis aux artichauts et à la ricotta de noix –, notre choix s’arrête sur trois entrées et deux plats principaux.

Nos cinq plats nous ont tous enthousiasmées. Classique, notre gaspacho tomates-poivrons-concombre est bien relevé au cayenne, avec une touche d’acidité citronnée. La texture, légèrement grumeleuse, est bien celle de cette soupe froide espagnole. De l’été en concentré, rien de moins.

La rafraîchissante et croquante salade de juliennes de courgettes, pommes et pois mange-tout – une combinaison vraiment réussie –, agrémentée de parmesan, d’amandes et d’une dijonnaise à l’érable, est tout aussi de circonstance. On en rêve encore.

La sauce à l’arachide de type satay, qui accompagne les brochettes de tofu, est goûteuse, bien relevée, onctueuse. Cependant, le tofu grillé, qui aurait pu passer quelques minutes de plus sur le gril, profiterait d’une marinade qui rendrait la protéine végétale un peu moins fade.

La suite nous régale doublement. Coup de cœur pour la gaufre aux champignons. Tout est réussi dans ce plat : la gaufre, généreuse, croustillante à l’extérieur et tendre à l’intérieur, la goûteuse tombée de champignons avec juste ce qu’il faut d’huile de truffe et la mayo érable et balsamique. Le tout pourrait être lourd, mais le ciselé de radis, concombre, poivron, aneth et menthe déposé sur le plat rééquilibre le tout et apporte une dose bienvenue de fraîcheur.

L’assiette Romesco est aussi hautement réconfortante et propose également sa dose de légumes. La sauce aux tomates et poivrons rouges, au léger goût fumé comme il se doit, est étalée sous une combinaison de patates grelots, haricots verts et asperges effilées encore croquants. Ajoutez à cela des croûtons dodus, croustillants, mais tout de même tendres sous la dent, ainsi qu’un concassé d’amandes et nous avons ici un autre plat gagnant.

Avec tout ça, nous avions presque oublié que nous, flexitariennes, étions en train de manger un repas végétalien, tellement tout était savoureux, bien préparé et satisfaisant. De quoi déboulonner les mythes selon lesquels les végétaliens ne mangent que des graines et de la salade !

Seule déception : les desserts. L’endroit propose plutôt des douceurs simples comme des biscottis et biscuits. Nous avons essayé le gâteau aux carottes, à l’appareil un peu trop dense et au crémage un peu trop chiche, bien qu’on ait apprécié les spirales de carottes confites aux six épices en accompagnement.

Suggestions pour les personnes qui aiment le sucré : misez plutôt sur le décadent pancake aux carottes servi avec crème fouettée de coco, figurant sur la carte des brunchs et goûté au cours d’une visite précédente. Un succès assuré !

Notre verdict

On paie : Des prix d’amis : de 5 $ à 8 $ pour les entrées, de 16 $ à 18 $ pour les plats principaux, et de 12 $ à 16 $ pour les brunchs. Menu du midi à 21 $. Desserts de 2,50 $ à 8 $.

On boit : Des cocktails et mocktails inventifs, dont plusieurs à base de jus frais, une jolie carte des vins en biodynamie (avec quelques choix au verre), un bon choix de cafés (avec lait végétal maison) et d’infusions.

On se sent : Très vite, on adopte l’endroit, hyper décontracté et sans chichi. La décoration est belle, l’ambiance, plaisante et le service, amical.

On aime : Le décor, la carte végétalienne appétissante et débordant de bonnes idées, qui plaira autant aux végétaliens qu’aux flexitariens. Nullement besoin d’être végane pour apprécier le Tendresse, au contraire !

On aime moins : Les desserts.

On y retourne ? Absolument.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.