Interconnexions

Québec laisse l’argent fédéral sur la table

Le Québec ne compte pas profiter, du moins pour l’instant, de la manne fédérale de plus de 10 milliards de dollars visant à financer des projets d’interconnexion du réseau d’électricité entre les provinces. La principale raison ? Québec ne veut pas mettre en péril les contrats de vente d’électricité qu’il tente de décrocher aux États-Unis.

OTTAWA — Selon des informations obtenues par La Presse, le ministère fédéral des Ressources naturelles a retenu trois projets d’interconnexion qui lui ont été soumis par des provinces au cours des derniers mois. Les investissements fédéraux dans ces projets pourraient à eux seuls friser les 3 milliards de dollars, soit près du tiers de la manne fédérale qui sera investie au cours de la prochaine décennie. Mais aucun projet issu du Québec n’a été formellement soumis à ce jour.

En plus des 10 milliards du gouvernement fédéral, la Banque de l’infrastructure du Canada entend aussi investir 5 milliards de dollars de plus dans des projets d’infrastructure verte, dont les lignes de transport entre les provinces.

Un résumé des projets qu’Ottawa pourrait financer démontre que le plus coûteux (1,5 milliard) permettrait de construire une nouvelle ligne de transport entre la Saskatchewan et le Manitoba – une province qui, à l’instar du Québec, cherche à accroître ses exportations d’hydroélectricité vers les provinces voisines et vers les États-Unis.

Un deuxième projet aurait pour effet de consolider les liens énergétiques entre le Nouveau-Brunswick et la Nouvelle-Écosse, qui tente de fermer ses usines de production d’électricité au charbon (550 millions).

Enfin, le troisième projet qui est vu d’un bon œil par le ministère des Ressources naturelles permettrait de prolonger la ligne de transport d’électricité en Colombie-Britannique afin de relier les usines de liquéfaction de gaz naturel dans le nord de la province au réseau électrique, selon des documents obtenus par La Presse en vertu de la Loi sur l’accès à l’information.

Ces trois projets permettraient de réduire les émissions de gaz à effet de serre (GES) d’environ 4 mégatonnes, alors qu’Ottawa entretenait l’ambition de financer un plus grand nombre de projets d’interconnexion pour atteindre la cible de réduction de 10 mégatonnes d’émissions de GES.

Le ministère des Ressources naturelles propose d’ailleurs de travailler de concert avec l’Association canadienne de l’électricité afin de convaincre les provinces de soumettre d’autres projets d’interconnexion.

« L’augmentation des échanges d’électricité entre les provinces et les territoires permet de réduire les émissions, tout en contribuant à maintenir les tarifs de l’électricité à un prix abordable pour tous les Canadiens. Dans cet esprit, notre gouvernement collabore avec plusieurs provinces et territoires, incluant les provinces de l’Atlantique, ainsi que les provinces de l’Ouest et les Territoires du Nord-Ouest, afin d’identifier des projets de transmission électrique interjuridictionnels. Nous n’avons pas reçu de demande de soutien du Québec pour une ligne de transport d’électricité interprovinciale », a indiqué le ministère fédéral dans un courriel à La Presse.

Un bémol de François Legault

De passage à Washington récemment, le premier ministre François Legault, qui veut faire du Québec « une immense batterie d’énergie propre dans le nord-est de l’Amérique », a indiqué qu’il n’était pas opposé à l’idée qu’Ottawa donne ainsi un coup de pouce financier aux provinces. Mais il a souligné que le Québec devait jouer ses cartes prudemment dans le contexte où Hydro-Québec tente de se tailler une plus grande place sur le marché américain.

« Le gouvernement fédéral a financé le projet de Muskrat Falls à Terre-Neuve. Je ne vois pas pourquoi on se priverait d’aide du fédéral. Il faut juste le faire de façon stratégique pour ne pas que ça nuise aux exportations vers les États-Unis, et pour que le Québec garde sa pleine compétence », a notamment affirmé M. Legault, alors qu’il s’apprêtait à conclure une mission économique qui l’a aussi conduit à New York.

En effet, toute subvention fédérale qui pourrait contribuer à augmenter la production et l’exportation d’électricité d’Hydro-Québec pourrait être dépeinte comme une subvention illégale par des concurrents américains de la société d’État et mettre en péril des contrats au sud de la frontière.

En janvier, Hydro-Québec a décroché un contrat de 20 ans avec le Massachusetts pour lui vendre 9,45 TWh d’hydroélectricité par année, ce qui pourrait générer des revenus de 10 milliards. Récemment, le maire de New York, Bill de Blasio, a fait savoir qu’il voulait que toutes les infrastructures municipales de la ville soient alimentées par de l’énergie propre, ouvrant la porte à un autre contrat pour Hydro-Québec. Des pourparlers déjà en cours pourraient se traduire par des exportations annuelles de 5,25 TWh de plus sur le marché américain.

À Québec, on explique que l’obtention de nouveaux contrats de vente sur le marché américain est la priorité. On souligne aussi qu’une nouvelle ligne entre le Québec et l’Ontario n’est pas dans les cartons dans l’immédiat, étant donné que le premier ministre de cette province, Doug Ford, n’a guère envie d’acheter davantage d’hydroélectricité du Québec, même si l’Ontario doit procéder à des rénovations coûteuses de ses centrales nucléaires.

Le ministre fédéral de l’Infrastructure et des Collectivités, François-Philippe Champagne, a indiqué que le gouvernement fédéral veut être « un partenaire économique » avec les provinces pour de tels projets. « C’est une discussion qui se poursuit. Moi, je vois grand, parce que ce serait l’une des meilleures façons de réduire de façon substantielle les gaz à effet de serre. »

— Avec William Leclerc, La Presse

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.