La bande-annonce préférée de… 

Chloé Robichaud

There Will Be Blood

Réaliser une bande-annonce de film est un art en soi. En plus de donner envie aux cinéphiles de voir le long métrage, sans tout révéler pour autant, elle doit établir une ambiance, une signature. Chaque semaine, durant le prochain mois, des réalisateurs québécois nous présenteront leur préférée.

Pourquoi cette bande-annonce t’a-t-elle marquée ?

J’aime qu’on ne me raconte pas toute l’histoire et qu’on me mette dans une ambiance fidèle au film. Celle-ci me plongeait exactement dans le ton, le rythme et la réalisation de Paul Thomas Anderson. Elle débute avec une scène dans laquelle le personnage de Daniel Day Lewis essaie de convaincre les citoyens du projet de mine, avec des images du film. Je trouvais que c’était une façon de faire originale, plutôt que d’enchaîner plusieurs petits bouts de dialogue. Vers la fin, on a droit à un amalgame de plusieurs moments forts présentés rapidement, sans voler de punch. On sent la force du réalisateur en peu de temps. On me vend une qualité cinématographique.

Montes-tu tes propres bandes-annonces ?

Non, mais je suis excessivement contrôlante. Je choisis la musique. Je discute avec le monteur ou la monteuse sur les images qui représentent bien l’ambiance du film, ce que je veux inclure dans la bande-annonce et ce que je ne veux pas révéler. Je m’implique dans la promotion, parce que c’est comme ça qu’on s’assure que le film soit vu.

Quelle est la stratégie de diffusion de tes bandes-annonces ?

Quand on lance une bande-annonce un an d’avance, il faut que ce soit un film événementiel comme ceux de Star Wars. Je verrais mal un des miens être annoncé si tôt. Ce ne serait pas utile. Je me fie beaucoup au point de vue du distributeur. J’aime le fait qu’il place ma bande-annonce devant un film qui peut rejoindre le même genre de public. Par exemple, ce serait moins utile avant Captain America que devant un autre film québécois. Mais parfois, ça peut être chouette d’aller à l’encontre de ce concept pour ratisser plus large.

La bande-annonce duquel de tes films préfères-tu ?

Celle de Sarah préfère la course. Elle présente bien le personnage. Il y a quelque chose dans le rythme qui permet de sentir un ton distinctif. Et comme c’était mon premier long métrage, ce sont les premières images que les gens ont découvertes de moi.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.