COVID-19

18 000 cas
d’ici un mois

Selon une projection transmise à des centres hospitaliers, le ministère de la Santé et des Services sociaux s'attend à devoir traiter 18 000 infections à la COVID-19 au cours du prochain mois, a appris La Presse. Cette estimation prévoit un sommet de 1900 hospitalisations simultanées au début du mois d'avril. Un tel scénario est jugé « réaliste pour l'instant ». Mais la bataille est loin d'être gagnée.

Un scénario « réaliste pour l'instant » fait état de 18 000 infections dans la province

Québec — Québec a fait des projections sur la propagation du coronavirus concluant qu’il y aurait un peu plus de 18 000 cas d’ici un mois, avec un sommet de 1900 personnes hospitalisées le 5 avril, dont près de 100 aux soins intensifs.

C’est ce que révèle un document daté du 16 mars produit par le ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) et transmis à des représentants de la communauté médicale au front dans la lutte contre le coronavirus.

Il s’agit d’une « modélisation de la courbe d’évolution de la population totale infectée par la COVID-19 et du nombre projeté d’hospitalisations ». Le document note que « le modèle théorique sera mis à jour quotidiennement afin d’ajuster les prévisions ».

On y explique que « des vitesses de propagation du virus ont été déterminées pour chaque jour depuis le temps 0 de la propagation du virus, basées sur les données fournies par l’OMS (Organisation mondiale de la santé) pour la Chine, la France, l’Italie, l’Espagne et l’Allemagne ». « Un modèle théorique a ainsi été créé afin de projeter les données recueillies au Québec », ajoute-t-on.

Selon les projections contenues dans le document, le Québec aurait eu 175 cas en date du 18 mars, alors que l’on était à 94 officiellement.

On passerait à 1618 personnes infectées le 25 mars, d’après les données du document. Il y aurait ensuite une forte augmentation pour atteindre près de 10 000 cas le 31 mars. Le bilan serait de 17 000 le 8 avril. Le nombre de nouveaux cas quotidiens serait ensuite en nette diminution.

Résultat : au 21 avril, donc après 40 jours de propagation, le Québec pourrait compter un total de 18 024 personnes infectées à la COVID-19. Cela représente 0,2 % de la population. Une source consultée par La Presse, au cœur de la lutte contre le coronavirus, a obtenu le document et a jugé la projection du ministère de la Santé « réaliste pour l’instant ». En Italie, par exemple, le nombre de personnes infectées s’approche maintenant de 0,1 % de la population.

Toujours selon le document du 16 mars, le Ministère prévoit que le nombre de Québécois hospitalisés en raison de la COVID-19 atteindrait un sommet autour du 5 avril, avec 1869 hospitalisations en même temps. De ce nombre, près de 100 patients seraient aux soins intensifs. Le document ne fait pas état du nombre de morts.

Les données dont il est question dans le document ne tiennent pas compte des mesures gouvernementales prises depuis le début de l’épidémie au Québec, annoncées autour du 16 mars.

L’épidémiologiste Nima Machouf a accepté de consulter le document et de le commenter à la demande de La Presse. « Dans ce document, tout est très bien pensé, et c’est exactement ce à quoi je m’attendais. À mon avis, c’est une bonne preuve que le Ministère est très conscient de la problématique, de ce qui va nous arriver », a-t-elle affirmé.

Taux d’hospitalisation

Le modèle produit par le MSSS repose sur la prémisse d’un « taux d’hospitalisation constant à 15 % » des personnes infectées, dont 5 % le seraient aux soins intensifs. Pour le moment, en date du 20 mars, le taux d’hospitalisation est inférieur à 10 %. La durée moyenne du séjour à hôpital serait de huit jours, selon le document.

Selon Nima Machouf, un taux de 15 % d’hospitalisation, « ce n’est pas une sous-estimation ». Il reste que c’est un taux « tellement variable » en fonction de l’état de santé général des personnes infectées, a-t-elle précisé. Il est clair à ses yeux que Québec « se prépare pour plus, et si on a moins, c’est tant mieux, on ne sera pas débordés et on aura été prévoyants ».

Le document précise que « puisque l’affection COVID-19 touche davantage les personnes âgées, les régions ayant une structure d’âge plus âgée dans leur population risquent d’avoir des besoins plus élevés d’hospitalisation ».

Tableaux confidentiels

Le MSSS a répondu à La Presse jeudi qu’il s’agissait de « tableaux de nature confidentielle destinés aux autorités gouvernementales ».

« Le MSSS travaille quotidiennement sur des scénarios de transmission du coronavirus dans la population (vitesse de transmission, nombre de personnes infectées, nombre d’hospitalisations, etc.). En fonction des statistiques disponibles actuellement, il est possible de faire certaines extrapolations dans le temps afin d’estimer les besoins que le réseau et le MSSS pourraient avoir. Évidemment, ce ne sont que les scénarios. Si on s’attarde aux informations en date d’aujourd’hui, on constate que [le nombre de cas de COVID-19 enregistrés jusqu’ici est] en dessous des données projetées », a affirmé le Ministère.

Le gouvernement Legault travaille avec des scénarios plus pessimistes ou optimistes, a-t-on signalé à La Presse, mais c’est bel et bien ce modèle qui a été transmis à des représentants de la communauté médicale. Rappelons que, dimanche dernier, le premier ministre du Québec, François Legault, a soutenu qu’un scénario « considéré » par le gouvernement prévoyait qu’environ la moitié des Québécois seraient infectés sur une période de 40 semaines, qu’il y aurait 400 000 hospitalisations, dont 200 000 aux soins intensifs, et 24 000 morts.

Le gouvernement veut éviter le pire. Il tente ainsi d’instaurer la « distanciation sociale » en limitant le contact entre individus, notamment en fermant écoles, garderies, lieux de rassemblement culturels et bars.

Lors des points de presse quotidiens au parlement, la ministre de la Santé et des Services sociaux, Danielle McCann, a réitéré au cours des derniers jours que le Québec était prêt à affronter cette vague de patients.

Les hôpitaux québécois disposent de 1000 lits aux soins intensifs, qui sont généralement occupés à 80 %, en moyenne. Différentes mesures sont prises sur le terrain pour doubler, voire tripler le nombre de lits aux soins intensifs. Par ailleurs, il y a jusqu’à 6000 lits d’hospitalisation pour les Québécois durement frappés par la COVID-19, selon la ministre McCann.

Dans le document, le Ministère prévoit que le nombre de Québécois qui seraient hospitalisés en raison du coronavirus pourrait retourner à près de zéro vers la fin d’avril, ce qui marquerait la fin de la première vague d’hospitalisations liées à la pandémie dans la province.

« Si aucune contamination par la COVID-19 ne survient dans la population, il est possible que la courbe d’évolution des cas infectés par la COVID-19 soit déplacée dans le temps plutôt que d’être aplanie », souligne le document.

« Je pense qu’ils vont être capables de l’aplanir si les gens écoutent, estime Nima Machouf. Si les gens ne respectent pas les mesures annoncées par le gouvernement, on va aller vers cette projection, sinon pire. Mais s’ils écoutent, on va avoir moins de cas que ce qui est projeté. »

COVID-19

Pas d’école avant le mois de mai

François Legault constate comme tout le monde ce qui semble inévitable : même si la situation est maîtrisée au Québec, la pandémie de COVID-19 forcera les écoles à rester fermées jusqu’en mai. Entre-temps, Québec mise sur la construction pour garder un certain niveau d’activités économiques. Nouveau bilan.

10 Québécois hospitalisés

Au moment de publier, 139 Québécois avaient reçu un diagnostic positif à la COVID-19. Il s’agit de 18 cas de plus que la veille. 10 personnes sont actuellement hospitalisées au Québec, dont 6 aux soins intensifs. À ce jour, une seule personne a succombé au coronavirus, dans la région de Lanaudière. Le gouvernement Legault a également confirmé vendredi que 2400 Québécois attendaient toujours les résultats de leurs tests afin de savoir s’ils ont contracté le coronavirus ; 7700 résultats sont revenus à ce jour négatifs. Les personnes qui présentent des symptômes grippaux peuvent communiquer avec la ligne info du gouvernement au 1 877 644-4545. Dans chaque région, il est aussi possible de composer l’indicatif régional (par exemple, 514 à Montréal), suivi du 644-4545.

Un congé scolaire qui se prolonge

Les parents qui espéraient que leur marmaille retourne en classe le 30 mars devront revoir leurs plans. Selon François Legault, ce scénario est désormais « peu probable ». Québec étudie actuellement la possibilité que les élèves du primaire et du secondaire retournent en classe au début de mai. Selon toute vraisemblance, la situation serait la même pour le réseau des garderies. Les cégeps et les universités pourraient par contre recommencer plus tôt leurs activités, en offrant de terminer la session à l’aide de cours en ligne. Il n’est toutefois pas dit que les classes plus pratiques, qui nécessitent un travail en laboratoire, par exemple, reprendraient sous peu.

Feu vert aux chantiers

Le gouvernement Legault veut devancer des projets de construction pour compenser le report des chantiers dans le secteur privé et assurer un certain niveau d’activités économiques pendant la pandémie. Le premier ministre Legault a assuré vendredi que toutes les précautions seraient mises en place pour protéger les quelque 260 000 travailleurs de ce secteur, alors que certains groupes ont soulevé des inquiétudes au cours des derniers jours. Québec demande entre autres aux entreprises de construction de mettre en place des stations avec de l’eau et du savon, pour que les employés se lavent fréquemment les mains, et d’installer plus de roulottes pour permettre une distance sécuritaire entre les personnes lors des repas. « C’est important de protéger nos travailleurs de la construction. On aura besoin d’eux, c’est une partie critique de l’économie du Québec qui va pouvoir continuer de fonctionner si on prend les bonnes mesures », a dit M. Legault.

Loto-Québec change ses pratiques

Le gouvernement a demandé à Loto-Québec de revoir sa stratégie de vente afin de s’assurer que des personnes âgées, plus vulnérables au virus, ne se rendent plus dans les commerces pour acheter des billets. « Seuls les achats en ligne seront maintenus », a confirmé vendredi Patrice Lavoie, directeur corporatif des affaires publiques et des relations de presse chez Loto-Québec. Au cours des prochaines heures ou des prochains jours, la société d’État « suspendra la vente de loteries et procédera le plus rapidement possible à la fermeture des terminaux de vente chez les détaillants et dans les kiosques », a-t-il ajouté, précisant que « tous les achats déjà effectués demeurent valides et que les détenteurs de billets pourront comme prévu participer aux tirages visés ».

Dominique Michel et Bernard Derome à la rescousse

Dans un nouvel effort pour rappeler aux aînés de respecter les consignes d’isolement préventif, Québec a annoncé vendredi que des appels automatisés, enregistrés par Dominique Michel et Bernard Derome, seront transmis au cours des prochains jours. « Bonsoir, c’est Bernard Derome à l’appareil. J’ai pris le temps d’enregistrer un appel pour vous apporter du réconfort. Il est à peu près impossible que vous n’ayez pas entendu parler du coronavirus. Le but de mon appel est de vous rassurer et d’offrir des moyens efficaces pour vous protéger contre la transmission de ce virus », peut-on entendre dans le message d’environ 1 min 30 s.

Attention aux rumeurs… et aux escapades !

Alors que certaines régions présentent plus de cas confirmés de la COVID-19, le directeur national de santé publique, le désormais célèbre Dr Horacio Arruda, a prévenu les Québécois vendredi de ne pas se fier aux rumeurs voulant que l’on place des villes en quarantaine. Une telle mesure est possible et n’est surtout pas exclue, s’il advenait une forte éclosion dans un secteur précis, mais Québec n’est pas sur le point de prendre une telle décision. Le Dr Arruda a aussi imploré vendredi les citoyens de ne pas partir en escapade à l’extérieur de leur région ce week-end, afin d’éviter une transmission du virus de région en région. La SEPAQ a d’ailleurs annoncé vendredi qu’elle fermerait dès samedi son territoire aux visiteurs afin d’éviter que des amateurs de plein air voyagent pour se rendre dans les parcs nationaux.

Soutien aux médias

François Legault a salué vendredi le travail des journalistes et a assuré que les médias obtiendraient de l’aide financière pour traverser la crise, alors que leurs revenus publicitaires chutent. « Je sais que [pour] les médias actuellement, c’est difficile financièrement. Évidemment, les revenus publicitaires sont en baisse, étant donné qu’il y a beaucoup de commerces qui sont fermés. […] On est en train de regarder ce qu’on peut faire financièrement parce que c’est vraiment un secteur qui est critique pour les prochaines semaines, les prochains mois », a dit le premier ministre. « On a besoin de vous autres pour informer la population. C’est un travail essentiel », a-t-il ensuite ajouté.

— Avec Fanny Lévesque, La Presse

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.