COVID-19

« L’Amérique du Sud est devenue un nouvel épicentre de la maladie. »

— Michael Ryan, responsable des situations d’urgence de l’OMS. Il a précisé que le Brésil était le pays le plus touché de la région, avec près de 300 000 cas et 19 000 morts, selon des chiffres officiels remis en doute par des experts. (AFP)

États-Unis

Biden regrette avoir dit qu’un Noir n’est « pas Noir » s’il vote Trump

Le candidat démocrate à la Maison-Blanche, Joe Biden, a dit vendredi regretter ses propos « fâcheux » après avoir provoqué un tollé en disant à un animateur radio qu’il n’était « pas Noir » s’il songeait à voter pour son rival Donald Trump en novembre. « Je n’aurais pas dû être aussi désinvolte », a déclaré l’ancien vice-président américain, 77 ans, en regrettant ses propos « fâcheux ». « Personne ne devrait avoir à voter pour un parti sur la base de sa race, sa religion, ses origines », a insisté l’ancien bras droit de Barack Obama, selon les journalistes ayant assisté à son appel à une organisation promouvant le développement économique des Afro-Américains, la « National Black Chamber of Commerce ». Le scandale est parti d’une entrevue donnée à Charlamagne tha God, une personnalité qui coprésente une émission populaire de radio new-yorkaise, The Breakfast Club, diffusée vendredi.

— Agence France-Presse

Pakistan

Un avion s’écrase sur un quartier de Karachi

Un avion de ligne transportant 99 personnes, dont les membres d’équipage, s’est écrasé vendredi dans un quartier densément peuplé près de l’aéroport de la ville portuaire de Karachi, au Pakistan, après avoir vraisemblablement subi une panne des moteurs lors de l’atterrissage. Les autorités ont déclaré que deux occupants de l’appareil avaient survécu, alors que le bilan officiel fait état de 97 morts. On ignore combien de personnes se trouvant au sol ont été blessées lorsque l’avion de Pakistan International Airlines, un Airbus A320, s’est écrasé dans une ruelle et a détruit au moins cinq maisons. Le pilote du vol 8303 de Pakistan International Airlines a été entendu en train de transmettre un message de détresse à la tour peu de temps avant l’écrasement de l’appareil, qui était parti de Lahore et se dirigeait vers Karachi. Une vidéo sur les réseaux sociaux semble montrer l’avion volant à basse altitude au-dessus d’une zone résidentielle, des flammes sortant de l’un de ses moteurs.

— Agence France-Presse

COVID-19

La Russie s’attend à une hausse de la mortalité en mai

La Russie a dit vendredi s’attendre à une « hausse significative » de la mortalité au mois de mai, tout en se félicitant d’une stabilisation de l’épidémie du nouveau coronavirus dans le deuxième pays le plus touché. Comparé à l’Europe occidentale et aux États-Unis, la mortalité attribuée au coronavirus reste relativement faible en Russie, avec 3249 victimes pour plus de 326 000 cas détectés, selon les chiffres officiels. Mais la Russie ne recense dans ce bilan que les décès dont la cause première est le coronavirus, après autopsie, quand d’autres pays englobent dans leurs chiffres la quasi-totalité des morts de patients testés positifs. Les autorités russes n’ont communiqué aucun chiffre quant au nombre de morts parmi les cas établis de COVID-19. Des critiques jugent dès lors que la Russie sous-évalue à dessein le nombre de morts, mais que les chiffres de la mortalité générale et d’une éventuelle surmortalité donneront une meilleure idée du bilan humain du coronavirus.

— Agence France-Presse

Sécurité

Les Occidentaux tentent de sauver le traité Ciel ouvert

Les puissances occidentales se mobilisaient vendredi pour tenter de sauver le traité international Open Skies (Ciel ouvert), qui permet de vérifier les mouvements militaires et les mesures de limitation des armements des signataires, et dont les États-Unis ont annoncé se retirer. Le président Donald Trump a fait part jeudi de sa volonté d’en sortir, accusant la Russie de le violer. « Tant qu’ils ne le respecteront pas, nous nous retirerons. » Les ambassadeurs des pays membres de l’OTAN se sont réunis en urgence dès vendredi. À l’issue, son secrétaire général, Jens Stoltenberg, a jugé que « le retour de la Russie au respect du traité [était] le meilleur moyen » de le préserver. Mis au défi de se conformer au traité à la lettre pour espérer un revirement américain, Moscou a cependant dénoncé des conditions « absolument inadmissibles » par la voix de son vice-ministre des Affaires étrangères, Sergueï Riabkov, tout en restant « prêts à chercher un accord ».

— Agence France-Presse

COVID-19

La Chine ne rapporte aucun nouveau cas de contamination

La Chine n’a recensé samedi (heure locale) aucun nouveau cas de contamination au coronavirus pour la première fois depuis que le pays a commencé à publier des données sur l’épidémie, en janvier. La maladie a fait son apparition fin 2019 à Wuhan, mais la contagion a été pratiquement stoppée dans le pays, où le plus récent bilan fait état de près de 83 000 cas de contamination, dont 4634 mortels. « Nous avons obtenu une réussite stratégique majeure dans notre réponse à la COVID-19 », a clamé vendredi le premier ministre chinois, Li Keqiang, à l’ouverture de la session plénière de l’Assemblée nationale populaire (ANP), grand-messe annuelle du pouvoir communiste. Devant 3000 députés au visage masqué, M. Li a toutefois souligné « la tâche immense » qui restait à accomplir.

— Agence France-Presse

hydroxychloroquine

Augmentation du risque de décès pour les patients atteints de la COVID-19

Les patients hospitalisés en raison du coronavirus et qui ont reçu de l’hydroxychloroquine (ou de la chloroquine) présentaient un risque de décès nettement plus élevé que les autres, prévient une nouvelle étude publiée par la revue médicale The Lancet.

L’hydroxychloroquine est un antipaludéen dont le président américain, Donald Trump, a fréquemment vanté les mérites pour combattre la pandémie. Il a récemment révélé en prendre lui-même à titre préventif.

Mais après avoir analysé les dossiers de tout près de 100 000 patients répartis sur six continents, le dr Mandeep Mehdra, de l’Université Harvard, et ses collègues en viennent à la conclusion que ce traitement semble mettre la survie des patients en péril.

Les patients qui avaient reçu de l’hydroxychloroquine risquaient aussi davantage de souffrir d’une forme d’arythmie cardiaque susceptible de provoquer une mort soudaine.

Des experts cités par différents médias de la planète croient que cette analyse rétrospective assène un coup mortel à l’utilité de l’hydroxychloroquine face à la COVID-19.

Environ 15 000 des quelque 96 000 patients inclus dans cette étude ont été soignés avec de l’hydroxychloroquine ou de la chloroquine, soit seule, soit en combinaison avec des antibiotiques de la classe des macrolides.

Résultats inquiétants

Les patients qui ont reçu de l’hydroxychloroquine ont vu leur risque de mortalité augmenter de 34 % et leur risque d’arythmie bondir de 137 % ; ces hausses étaient, respectivement, de 45 % et de 141 % si on ajoutait un antibiotique au traitement.

Dans le cas de la chloroquine, le risque de décès grimpait de 37 % et celui d’arythmie, de 256 % (37 % et 301 % avec un antibiotique).

La Food and Drug Administration des États-Unis a dernièrement publié des lignes directrices très strictes concernant l’utilisation de l’hydroxychloroquine à l’extérieur des centres hospitaliers ou des essais cliniques.

Quelques études ont aussi récemment jeté un doute sur l’utilité de l’hydroxychloroquine dans la lutte contre le coronavirus, en plus de mettre en relief les dangers qui y sont associés, mais d’autres études se poursuivent malgré tout.

— La Presse canadienne

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.