Éditorial

Oui, il y a menace à la frontière

Pendant qu’on se fait des peurs avec cette « migration massive » qui va envahir le Canada à la minute où il aura abandonné sa souveraineté aux mains de l’ONU, une menace autrement plus insidieuse est en train de se faufiler à travers la frontière : le populisme à la Trump.

On pense à Doug Ford, bien sûr. On pense aussi à Maxime Bernier, caricatural dans ses déclarations intempestives sur le CO2 qui ne pollue pas et la diversité qui va « détruire le pays ».

Mais il y a aussi le Parti conservateur d’Andrew Scheer, qui semble de moins en moins gêné d’emprunter les stratégies douteuses du président américain pour mobiliser sa base.

Au point de rendre nostalgique du populisme presque bon enfant de son prédécesseur, Stephen Harper…

La réaction des conservateurs au fameux Pacte sur les migrations de l’ONU en est la plus récente preuve. On peut certes s’opposer à la signature de ce document de 40 pages, mais le présenter comme un traité international qui sape la souveraineté des États afin de permettre la libre circulation des migrants sur la planète est du pur délire.

Comme si les 180 pays qui s’apprêtent à l’approuver à Marrakech auraient pu se mettre d’accord pour abandonner la gestion de leurs frontières à l’ONU ! Franchement.

Et pourtant, c’est ce que prétendent Donald Trump et Maxime Bernier, sans qu’on s’en étonne vraiment.

C’est ce qu’affirme aussi le site The Rebel d’Ezra Levant, équivalent de Breitbart News, une « source de nouvelles » très influente auprès de la droite canadienne (qui a déjà révélé l’existence d’un « complot » entre Justin Trudeau et George Soros pour attirer des hordes de migrants musulmans au Canada…).

Et c’est également ce que prétend Andrew Scheer, qui n’hésite plus, même s’il est chef d’un des grands partis fédéraux, à s’aventurer sur le terrain des Bernier et Levant en ayant recours à ses propres faits alternatifs.

Il n’hésite pas, ainsi, à soutenir que le Pacte « donne à des entités étrangères une influence sur notre système d’immigration ». Il ouvrirait même la porte aux « bureaucrates étrangers » pour qu’ils viennent dire au Canada « comment gérer ses frontières »…

C’est faux, tout simplement faux. Et il n’y a rien de partisan à l’écrire : l’ensemble des experts juridiques consultés le confirment, ajoutant que le Pacte ne pourrait même pas éclairer l’interprétation du droit intérieur.

C’est aussi ce qu’affirme Chris Alexander, ancien ministre de l’Immigration sous Stephen Harper, qui qualifie la sortie de son ancien parti de « factuellement incorrecte ».

Même son de cloche du côté de Louise Arbour, représentante spéciale de l’ONU pour les migrations internationales, jointe à Marrakech hier : « C’est complètement erroné ! a-t-elle lancé. La souveraineté des États continuera d’être absolue. Et ceux qui soutiennent le contraire font preuve soit d’ignorance, soit de mauvaise foi. »

On peut certes dire que le Pacte mondial pour des migrations sûres est sans précédent. On peut même reconnaître qu’il s’agit d’une immense percée politique. C’est en effet la première fois que la communauté internationale s’entend sur une initiative multilatérale d’ampleur au sujet des migrants (autres que réfugiés).

Mais ce n’est pas parce que c’est une avancée que c’est un traité ! Ce n’est pas parce que c’est un engagement qu’il est juridiquement contraignant ! Sauf aux yeux d’élus qui ont choisi d’instrumentaliser les migrants et de jouer sur les peurs et les insécurités des citoyens à des fins bassement électoralistes.

Le Pacte est simplement une façon de reconnaître que les migrations ne peuvent plus être gérées en érigeant des murs, sans égard pour ce qui se passe de l’autre côté.

Le Canada, par exemple, ne peut gérer l’afflux de demandeurs d’asile à la frontière sans l’aide des États-Unis. Les pays d’Europe ne peuvent ouvrir ou fermer leurs frontières aux migrants sans collaborer. Les États, bref, ne peuvent s’occuper de la question des migrations chacun dans leur coin.

D’où ce document de principe qui n’est rien de plus qu’un « engagement collectif » à améliorer la coopération internationale.

« Le Pacte n’est l’avocat ni d’une migration accrue ni d’une réduction des migrations, explique Louise Arbour. Il s’appuie simplement sur l’idée que l’interdépendance des États est le meilleur gage de succès pour gérer la mobilité humaine. »

Et pourtant, malgré cette évidence, les conservateurs présentent le Pacte comme une attaque à la souveraineté migratoire du pays, promettant même d’effacer la signature du Canada s’ils prenaient le pouvoir. Précisément la méthode Trump.

Le Pacte sur les migrations en 3 concepts

Le Pacte établit un cadre de coopération juridiquement non contraignant. Il favorise la coopération internationale, sachant qu’aucun État ne peut gérer seul la question des migrations, et respecte la souveraineté des États et les obligations que leur fait le droit international.

Le Pacte part du principe que l’adoption d’une démarche globale est nécessaire afin d’optimiser l’ensemble des avantages de la migration, tout en tenant compte des risques et des difficultés auxquels elle donne lieu pour les individus et les communautés des pays d’origine, de transit et de destination.

Le Pacte réaffirme le droit souverain des États de définir leurs politiques migratoires nationales et leur droit de gérer les migrations relevant de leur compétence, dans le respect du droit international.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.