Sortir

À la carte

Le Montréal gastronomique se réinvente sans cesse. Ouvertures de restaurants, nouveaux menus, chefs qui changent d’enseigne, événements… Chaque semaine, nos journalistes vous présentent ce qu’il ne faut pas manquer pour bien boire et bien manger.

En vedette

Voir grand à Sainte-Thérèse

Dès l’entrée, impossible de ne pas être impressionné par l’immense espace de 10 000 pi2 du nouveau restaurant 425°F, un projet mené par les propriétaires de Chez Lionel, à Boucherville, et de leur chef exécutif, Frédéric Dufort. Campé dans une ancienne Cage aux sports, à Sainte-Thérèse, dans la couronne nord, l’endroit a été complètement transfiguré – pour le mieux – par le designer Zébulon Perron, en collaboration avec Ménard Dworking. On est accueilli par un immense cellier de deux étages (oui, on peut emprunter les escaliers et aller s’y « promener »), puis l’espace s’ouvre sur le bar, la cuisine ouverte, et continue vers le haut, grâce à divers paliers, jusqu’à une salle privée, tout en haut.

Avec une capacité totale de 240 places et un établissement ouvert toute la semaine en continu du midi au soir, nul doute que le chef Frédéric Dufort, que vous reconnaîtrez peut-être en raison de ses deux passages à l’émission Les chefs !, a tout un défi de production et de volume. Un fait qui semble motiver plutôt que préoccuper le chef. « J’ai vraiment un staff exceptionnel en cuisine ! », s’exclame-t-il.

Sa cuisine, qu’il lie au mouvement « New American cuisine », n’a pas peur de piger dans différents patrimoines culinaires. Dont celui de la cuisine coréenne, qu’il affectionne particulièrement, lui qui a travaillé sous l’égide du chef coréen Corey Lee au restaurant Benu, à San Francisco. Cela dit, les assiettes, bien que fort travaillées, restent accessibles, avec des plats comme le burger de bœuf ou les ailes de canard Buffalo. Certains plats gagneraient même à être simplifiés du côté des saveurs et des ingrédients pour laisser davantage briller les produits frais de grande qualité utilisés en cuisine.

Au bout du compte, ce projet semble ravir les gens du coin, car le restaurant cartonne depuis son ouverture, la semaine dernière. Fait non négligeable, l’endroit compte aussi une section « garde-manger » où l’on peut se procurer différentes pièces de viande cuites sous vide, des sauces et d’autres douceurs, ainsi qu’une belle sélection de vins en importation privée. (Iris Gagnon-Paradis)

100, place Fabien-Drapeau, Sainte-Thérèse

Festival

Vingt ans de rendez-vous gourmands

Cette semaine, Montréal en lumière a annoncé la programmation de son volet gastronomique. Du 21 février au 3 mars, le festival fête son 20e anniversaire avec une quarantaine de chefs provenant de 15 pays, reçus dans une quarantaine de tables montréalaises. Il y aura un véritable lieu de rassemblement pour les festivaliers cette année, le Quartier gourmand (Astral et Blumenthal), où l’on pourra assister à des conférences, des dégustations et des ateliers, entre autres. Des circuits gourmands spécialisés (microbrasseries, cuisine italienne, bars à cocktail, etc.) s’ajoutent également aux possibilités de sorties. Les restaurants prennent déjà les réservations, et les billets pour les événements sont en vente dès maintenant. (Ève Dumas)

Design

Pleins feux sur Le Blossom

Deux bonnes raisons de parler du Blossom, très populaire restaurant japonais situé dans le Village. D’abord, le design de l’endroit, signé par Guillaume Ménard (Ménard Dworkind), a été cité la semaine dernière dans le prestigieux Contemporist, un site consacré à l’architecture et au design. L’article s’attarde en particulier sur le majestueux cerisier japonais, qui a été fait sur mesure et à la main en Chine avant d’être livré à Montréal. Une belle nouvelle, à temps pour le premier anniversaire de l’endroit, célébré en grand jusqu’à demain ; pour l’occasion, on peut découvrir le nouveau menu et, surtout, profiter de saké à volonté (une des spécialités de l’endroit) pour 25 $. Réservations absolument recommandées. (I. G.-P.)

1101, boulevard De Maisonneuve Est

Sur le pouce

Du nouveau dans Villeray

Une fraîche et lumineuse cantine portugaise a ouvert ses portes à l’angle des rues Gounod et Saint-Dominique à la fin de l’été. C’était une bonne nouvelle pour les gens de Villeray, qui peuvent s’y attabler sans façon, midi et soir, ou tout simplement prendre leur poulet pour emporter et nourrir la marmaille. On aime les sandwichs au poulet, avec fromage en grains et mayo piri-piri, puis les grandes salades-repas. On aime moins la vaisselle jetable lorsqu’on mange sur place. Pour dessert, Emilia propose évidemment le pastel de nata, mais aussi des versions « twistées » de la classique tartelette à la crème, avec Nutella, Oreo, Reese, etc. (È. D.)

7901, rue Saint-Dominique, Montréal

Actualités

Identité corse

Amoureux de la Corse, il vous faut découvrir le seul restaurant 100 % consacré à la gastronomie de cette enchanteresse île française au Québec : Petits Creux Corsica Origina, situé sur l’avenue Cartier, à Québec. L’endroit n’est pas tout à fait nouveau (il était autrefois nommé Petits Creux et Grands Crus), mais il vient d’être entièrement repensé et réaménagé par ses propriétaires, les Corses Kim Colonna et Marie-Pierre Tomas, au coût de 350 000 $.

Au concept de bar à vin et planches à déguster se substitue celui d’établissement gourmand en bonne et due forme. « On est désormais un restaurant d’identité, un établissement de destination pour ceux qui veulent goûter la Corse. Nous avons réaménagé le restaurant avec des couleurs chaleureuses, des tons sable et rougeâtres qui évoquent les couchers de soleil sur la plage », détaille M. Colonna. Au menu : charcuteries (bientôt, grâce à un cellier d’affinage attendu pour février, elles seront faites maison), fromages importés, gibier (sanglier, caille, pintade) et « pulenda », une polenta corse à base de farine de châtaigne. (I. G.-P.)

1125, avenue Cartier, Québec

Au calendrier

Le cocktail passe à table

Au Petit Mousso, le bartender Émile Archambault repousse les limites du cocktail avec des fermentations, des macérations, des eaux de fruits et légumes, des garnitures lyophilisées, etc. Mercredi, il proposera ses accords liquides inusités pour accompagner une dizaine de petits services imaginés par le chef Benjamin Mauroy Langlais. Un invité, Max Coubès (The Cloakroom Bar), sera à ses côtés. (È. D.)

Dix chandelles pour Made With Love

C’est déjà le 10e anniversaire de Made With Love, cette compétition de mixologie née à Montréal et qui a rapidement fait des petits au Québec, au Canada et même dans le monde ! Pour souligner le tout en grand, la finale régionale 2018 aura lieu le 10 décembre, à la SAT, et on promet une soirée plus extravagante que jamais. Pas moins de 20 des meilleurs « barchefs » de la ville y seront réunis pour faire la démonstration de leur grande créativité au public et aux experts réunis pour goûter leurs cocktails. (I. G.-P.)

Prix : 65 $, en vente sur le web, ou 75 $ à la porte, incluant la dégustation de tous les cocktails et des accords de nourriture

Classe de maître au Coteau Rougemont

Envie d’être incollable sur les vins du Québec pendant les Fêtes ? Voici une occasion d’en apprendre plus, à peu de frais. Le vignoble du Coteau Rougemont, au sud de Montréal, organise une mini-formation suivie d’une dégustation le 15 décembre. Au programme, un retour sur l’histoire de la culture de la vigne dans la province, un aperçu des variétés de raisins utilisées et une dégustation de trois vins blancs. Et comme les vins du Québec accompagnent bien les fromages, le tout sera servi avec des produits de la Fromagerie La Station. Le prix : 15 $ par personne. Un beau cadeau à s’offrir avant Noël. (Karyne Duplessis-Piché, coll. spéciale)

Les brasseurs en fête

Chaque année, l’Isle de garde fait la fête aux brasseurs d’ici avec son très couru Party de bureau des brasseurs. Aujourd’hui, une trentaine d’entre eux seront réunis pour cet événement spécial, qui est ouvert au public dès 14 h. Au programme, dégustation d’une vingtaine de bières créées en collaboration entre plusieurs micros québécoises, dont plusieurs en quantités très limitées, et un menu du temps des Fêtes très alléchant – étagé de foie gras, jambon de porcelet aux ananas, crêpe coréenne au homard – concocté par le chef de l’endroit, Marc-Aurèle Lussier. (I. G.-P.)

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.