Festival du nouveau cinéma

Le bâillon !

En réponse au texte d’André Duchesne, « “Blessant et inutile”, dit le directeur général du FNC », publié le 14 mai

La direction du Festival du nouveau cinéma (FNC) (Jacques Méthé / Nicolas Girard Deltruc) vient à l’instant d’éliminer mon adresse courriel (chamberlan@nouveaucinema.ca) à la suite de l’article paru dans La Presse+ du 14 mai. Tout ça dans le but de me faire taire. Bien d’autres ont subi plus ou moins le même sort depuis six ans.

Toujours la même histoire de déni et d’hypocrisie

S’il y a eu préjudice de la part du directeur général et de son président, c’est bien contre l’équipe de programmation, pas le Festival !

Contrairement aux affirmations de messieurs Deltruc et Méthé, ma lettre s’appuie sur des conflits avec plusieurs membres de l’équipe du FNC depuis six ans, et jusqu’à tout récemment. Comme je l’ai déjà dit, certains membres de l’équipe ont peur d’en parler, et surtout de perdre leur emploi. C’est pour ça que la direction a engagé récemment du nouveau personnel docile (genre yes man). Donc, ce climat intolérable de peur et d’intimidation persiste toujours.

J’espère que la SODEC, Téléfilm Canada et la Ville de Montréal assureront les principes d’une meilleure gouvernance au sein du conseil d’administration du Festival du nouveau cinéma.

Quant au ton paternaliste du moniteur Jacques Méthé, oui ! l’ancienne présidente du C.A. du FNC, Denise Robert, lui avait donné une commande de médiateur dans ce conflit avec l’équipe. Cette médiation « biaisée » est devenue une farce. Nous n’avons jamais vu ou reçu le rapport. L’ancien C.A. a démissionné et, comme par hasard, le médiateur est devenu le nouveau président : du jamais vu dans une corporation qui se respecte. Ce monsieur n’a aucun respect pour le cinéma et ses créateurs. Ses réflexions désagréables, c’est du n’importe quoi pour masquer son incompétence.

La malheureuse histoire avec Vanessa Redgrave n’est pas de moi, mais de Philippe Gajan qui a vécu ce manque flagrant de civisme entre Nicolas Deltruc et Vanessa Redgrave. Le directeur général essaie de nous faire avaler une couleuvre avec son récit de pommes de terre et de photos à l’Auberge Saint-Gabriel.

Concernant les négociations avec les employés du FNC et la CSN : pur mensonge ! Au contraire, le directeur général a tout fait pour tuer le syndicat.

Je vous le dis très sincèrement : on dénature à petit feu le Festival du nouveau cinéma.

Il faut une nouvelle administration frondeuse, représentative, honnête et respectueuse. Il faut un vrai directeur général, avec une vision et un leadership consensuel et souple, en harmonie avec l’équipe. Il faut toujours une excellente équipe de programmation, avec un certain flair ! Il faut des équipes allumées qui travaillent ensemble pour la meilleure fête de cinéma possible.

Depuis un certain temps, je ne suis plus le seul à dénoncer cette situation déplorable. Nous avons reçu de nombreux témoignages éclairés de la part du milieu et du public. Certaines lettres d’appui sont disponibles sur demande.

Espérons un meilleur avenir pour que cet événement continue à nous émerveiller!

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.