WhatsApp infectée par un logiciel espion

L’application de messagerie WhatsApp, qui a notamment fondé son immense popularité sur sa bonne réputation en matière de sécurité, a admis hier avoir été infectée par un logiciel espion, un déboire de plus pour sa maison mère Facebook. Une faille sécuritaire – dévoilée par le Financial Times, et résorbée dans la dernière mise à jour de WhatsApp – a permis à des pirates informatiques d’insérer un logiciel malveillant sur des téléphones en appelant les usagers de l’application, utilisée par 1,5 milliard de personnes dans le monde. 

— Agence France-Presse

Affaire 737 MAX

La FAA s’est fiée à Boeing

L’agence fédérale de l’aviation (FAA) américaine n’a pas jugé nécessaire d’évaluer indépendamment la sécurité du système anti-décrochage MCAS du 737 MAX, préférant s’appuyer sur des conclusions de Boeing sur ce logiciel mis en cause dans deux tragédies impliquant cet avion. Cette information fait partie des conclusions préliminaires d’un audit interne des autorités américaines sur la certification du 737 MAX, dont l’inspection d’une partie des systèmes a été confiée à des ingénieurs de Boeing par l’entremise d’une procédure mise en place il y a une dizaine d’années. 

— Agence France-Presse

Desjardins affiche un excédent en baisse de 20 %

Le Mouvement Desjardins a affiché, hier, un excédent avant ristournes de 401 millions de dollars pour son premier trimestre, un résultat en baisse de 20 % par rapport à la période correspondante l’an dernier, ce qu’il a essentiellement attribué aux difficultés de son secteur de l’assurance de dommages.

Malgré tout, le revenu total de la coopérative financière s’est chiffré à 5,67 milliards, une somme supérieure de 31 % à celle du premier trimestre de l’exercice précédent.

En comparaison, l’excédent de Desjardins avait atteint 501 millions pendant les trois premiers mois de 2018, à partir de revenus totalisant 4,31 milliards. Le résultat de l’an dernier avait profité de meilleurs gains sur disposition de titres et de placements immobiliers, ainsi que d’un profit lié à la restructuration d’Interac, a rappelé la coopérative.

Les activités d’assurance de dommages ont généré un déficit de 81 millions au cours du trimestre clos le 31 mars, ce qui représentait une baisse de 107 millions par rapport à l’an dernier. Desjardins a souligné que la sinistralité avait été plus importante cette année, « essentiellement en raison de conditions météorologiques difficiles ».

« Les conditions climatiques difficiles de cet hiver et de ce printemps ont grandement influencé la performance de notre assureur de dommages avec une hausse importante de demandes de réclamations en habitation par rapport à l’année précédente », a souligné dans un communiqué le président et chef de la direction, Guy Cormier.

bonne performance du réseau des caisses

Malgré tout, le secteur des particuliers et des entreprises a enregistré une croissance de près de 22 % de ses excédents par rapport à l’an dernier, pour atteindre 335 millions. Le mouvement a attribué cette progression à la bonne performance du réseau des caisses, liée notamment à la croissance du revenu net d’intérêt, ainsi qu’à la croissance des activités de paiement et de financement.

Le secteur de la gestion de patrimoine et de l’assurance de personnes a vu son excédent reculer à 139 millions, comparativement à 206 millions au premier trimestre de l’an dernier.

Dans l’ensemble, les revenus d’exploitation du groupe sont passés de 4,03 milliards l’an dernier à 4,32 milliards au plus récent trimestre. Au dernier jour du premier trimestre, l’actif total du Mouvement Desjardins avait atteint 304 milliards, ce qui représentait une hausse de 2,9 % par rapport à sa valeur à la clôture du quatrième trimestre.

La dotation pour pertes sur prêts a pour sa part diminué de 6 millions par rapport à l’an dernier, pour totaliser 109 millions.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.