Café

Cinq nouvelles adresses à Montréal

Montréal est une ville de cafés, et il est parfois difficile de garder le compte des endroits qui ouvrent leurs portes et ajoutent à la diversité caféinée de la métropole. En voici cinq petits nouveaux à découvrir parmi le lot !

CordovA

Café, conserves et tapas dans Saint-Henri

Elle a été longue, la route pour arriver à Cordova ! Le trio derrière le projet, Anthony Benda (Café Myriade), Aaron Polsky (connu sur les réseaux sociaux en tant que Foodie Datenight, le cuisinier a participé à MasterChef Canada l’an dernier) et Elayne Millar, avait d’abord un projet de restaurant d’inspiration espagnole en tête l’été dernier. Une partie du local leur ayant filé entre les doigts, ils ont donc décidé d’ouvrir un café. Tout était prêt pour le temps de Fêtes… mais un dégât d’eau a reporté l’ouverture du Cordova de plusieurs mois !

Les voici (enfin !) fin prêts à accueillir les gens du quartier Saint-Henri dans leur fort sympathique espace qui se veut un établissement comme on en trouve à chaque coin de rue à Barcelone ou à San Sebastián : rassembleur et ouvert toute la journée, où l’on peut s’arrêter pour un café ou pour déguster quelques tapas sur le pouce à l’apéro (le permis d’alcool n’étant pas encore délivré, vins « démocratiques » en fût et cidre basque ne sont pas encore de la partie).

« On se réclame du vrai esprit du mot “tapas”, qui a été galvaudé : des petits plats pas compliqués, savoureux et pas chers ! », explique Aaron. Ce dernier signe le menu comprenant une jolie section de délicieuses « conserves » espagnoles de produits de la mer issus de la pêche durable qui déboulonneront vos préjugés sur le sujet, des charcuteries, fromages et autres classiques comme le pan con tomate.

Pour le café, Anthony Benda n’avait pas envie de reproduire un énième café Myriade, mais de se donner l’espace pour changer et expérimenter. Il s’accorde la latitude de choisir et de varier les torréfacteurs en fonction des différents cafés proposés – filtre, expresso, latté. Pour l’instant, 49th Parallel, Ritual et Square Mile sont au programme, ainsi que du thé de Song Tea, de San Francisco, qui offre des produits d’une fraîcheur incomparable, juge l’entrepreneur.

4606, rue Notre-Dame Ouest

Pastel Rita

Du partage des espaces

D’abord, on adore le nom : Pastel Rita. Rita, c’est la grand-mère de 104 ans de Gabriel Malenfant – oui, oui, le gars de Radio Radio qui a ouvert début janvier son propre café dans le Mile End. Et Pastel, parce qu’elle est à la fois colorée et tout en légèreté. « Avec ma grand-mère, tout est simple, c’est l’abondance… “Il y a de la place en masse dans mon jacuzzi”, c’est elle ! », lance le jeune entrepreneur. Du Pastel Rita, on aime également le concept d’espace hybride et partagé entre un café et une boutique-atelier de l’entreprise montréalaise Bouquet, spécialisée en fabrication de sacs en cuir sur mesure, affaire de Véronique Orban, également la femme de Gabriel. « Je voulais démarrer un projet coloré, que l’endroit devienne un quartier général pour les créatifs du coin », explique celui qui dit « adorer servir les gens ».

Le petit endroit d’une douzaine de places égaye avec ses touches de vert sarcelle – la version finale du design, fort jolie sur plans et signée Appareil Architecture, viendra plus tard au printemps. On y boit un café « troisième vague », mais qui reste classique, de la marque torontoise Pilot, un des très bons qu’on a bus dernièrement, d’ailleurs. Malenfant sait bien s’entourer : viennoiseries de la boulangerie Guillaume et soupes de SoupeSoup sont au menu, et quand les rénovations seront terminées, s’ajouteront des salades coupées minute de Foodchain, des produits de la mer de son coin de pays, ainsi qu’une carte des vins conçue par Œnopole. Vivement le printemps !

5761, boulevard Saint-Laurent

Eugène Café

Histoire de famille

Le nom d’Eugène Café est en hommage au grand-père paternel de Jean-François et Stéphanie Michel, et également à leur père, d’origine française, arrivé au Québec il y a 50 ans. « Ce sont nos parents qui nous ont inculqué les valeurs de recevoir, ils ont été aubergistes et restaurateurs pendant 20 ans », explique M. Michel. La pomme n’est pas tombée loin de l’arbre, car les frangins travaillent aussi dans le domaine de la restauration depuis nombre d’années – le premier, diplômé de l’ITHQ et en sommellerie, a déjà eu son restaurant à Cowansville, La Fine Gueule, et la deuxième cumule beaucoup d’expérience dans des établissements réputés de la métropole. Leur projet, ils l’ont réfléchi longtemps et il a pris vie en décembre dernier. Campé dans l’ancien Mezcla, dans le Village, Eugène Café se veut un café à l’européenne, avec commande au comptoir mais service aux tables, ouvert toute la journée, avec un menu complet qui change chaque semaine – plats chauds, sandwichs, croque-matin, granolas, etc. On y sert un café classique à l’italienne (Café Barista), bien corsé, et plusieurs belles trouvailles de petits producteurs côté vins. Un endroit à découvrir pour prendre un café tranquillement ou pour les populaires lunchs.

1251, rue De Champlain

Club Espresso Bar

Au café, sur deux roues

Ouvert au cœur de l’été 2017 rue Saint-Denis, le Club Espresso Bar s’inscrit dans la tradition des espaces hybrides. Ce projet de quatre amis fous de vélo (et de café !) veut offrir un environnement adapté aux cyclistes de tout acabit (espaces pour accrocher les vélos dans le café, atelier de réparation de vélos à l’arrière, petite boutique d’accessoires divers, service d’entreposage pour l’hiver), tout en se définissant comme un café à part entière ouvert à tous… férus de vélo ou pas ! « Ce type d’établissements, des cafés où l’on peut entrer avec son vélo, existe un peu partout en Europe, en Australie… On voulait créer à Montréal un lieu de rassemblement pour la communauté cycliste, mais aussi celle du quartier », explique Guillaume Drouin-Garneau, copropriétaire. Côté café, on se réclame entièrement de la mouvance « troisième vague » avec des grains de Kittel Café. On accompagne le tout de tartines et grilled cheese pour le lunch ou de bols de granolas ou de chia le matin et hop ! on est prêt à enfourcher son vélo !

3801, rue Saint-Denis

La Cote R

Havre de tranquillité pour étudiants

Ce qu’on remarque d’emblée, en mettant le pied au café La Cote R, c’est l’atmosphère tranquille qui y règne, propice à la concentration et… à l’étude, comme le nom le suggère. C’est d’ailleurs en ayant les élèves du cégep et de l’université en tête que Victoria Berry, la jeune propriétaire de 21 ans, a pensé son espace, ouvert l’automne dernier. Celle qui a la fibre entrepreneuriale – un legs familial ! – dit avoir toujours adoré les cafés, mais ne jamais en avoir trouvé à son goût pour étudier. Elle a donc pensé à tous les petits détails : des tables pas trop rapprochées et assez grandes, un éclairage adapté, un petit coin « lounge » confortable, un espace épuré. Son café, assez corsé (torréfacteur Barista) et honnête, se réclame de la tradition italienne. Quelques plats figurent au menu afin de nourrir les estomacs et les cerveaux : plusieurs grilled cheese, de la soupe, du chili et des viennoiseries des Copains d’abord. Une adresse sans prétention et un bel ajout au quartier Centre-Sud pour les étudiants des alentours.

1366, rue Ontario Est

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.