Bill Gates défend la « révolution des toilettes »

Le multimilliardaire Bill Gates a fait une apparition publique à Pékin au côté d’un récipient de déjections humaines dont la couleur et la forme ne laissaient rien à l’imagination. Objectif pour le richissime Américain : attirer l’attention sur le manque de toilettes dans les pays en développement. « Dans les endroits qui n’ont pas d’assainissement, il y en a beaucoup plus que là-dedans », a-t-il déclaré, en montrant le pot posé à côté de lui alors qu’il s’adressait à un forum sur l’avenir des toilettes dans le monde. « Quand les enfants vont jouer dehors, ils sont exposés à ça tout le temps », a martelé le milliardaire. « Ce n’est pas juste une question de qualité de vie, c’est lié aux maladies, à la mort et à la malnutrition », a-t-il dit. À la tête de sa fondation humanitaire, le philanthrope a consacré une partie de sa fortune à la généralisation des toilettes dans le monde, en particulier des toilettes sèches utilisables dans les zones en manque d’eau.

— Agence France-Presse

Immobilier 

Hausse des ventes de 11 % à Montréal

Les ventes résidentielles ont augmenté de 11 % en octobre sur le marché immobilier résidentiel de la région métropolitaine de recensement (RMR) de Montréal, par rapport à l’an dernier. La Chambre immobilière du Grand Montréal (CIGM) a publié hier ses plus récentes statistiques, établies d’après la base de données provinciale Centris des courtiers immobiliers. Ainsi, 3731 ventes résidentielles ont été conclues au cours du mois d’octobre 2018. Cela représente un record pour cette période de l’année et la 44e hausse mensuelle consécutive. C’est le segment de la copropriété qui a été le plus actif, avec une hausse des transactions de 22 % en octobre. Les ventes étaient également en hausse pour les maisons unifamiliales (1971 ventes, + 6 %) ainsi que pour les plex de deux à cinq logements (395 ventes, + 5 %). À l’échelle de la RMR, le prix des propriétés unifamiliales et celui des copropriétés a progressé de façon modérée comparativement à octobre 2017, soit de 4 % chacun, pour des prix médians respectifs de 329 250 $ et de 265 000 $. Le prix médian des plex a bondi de 11 %, à 525 000 $. — La Presse canadienne

acier et aluminium

Trudeau pourrait ratifier l’AEUMC même si les tarifs ne sont pas levés

Le premier ministre Justin Trudeau n’exclut pas la possibilité que le Canada ratifie le nouvel accord de libre-échange nord-américain avec les États-Unis et le Mexique même si l’administration Trump ne lève pas les tarifs douaniers sur les importations d’acier et d’aluminium. Dans une entrevue accordée au réseau CNN, M. Trudeau affirme que le Canada souhaite toujours que les droits de douane soient levés avant l’entrée en vigueur de la nouvelle version de l’ALENA. Le président Trump invoque des motifs de sécurité nationale pour justifier des tarifs douaniers de 10 % sur l’aluminium produit à l’extérieur des États-Unis et de 25 % sur l’acier. — La Presse canadienne

SCHL

Vers une diminution des mises en chantier

L’activité du marché immobilier canadien devrait connaître une modération au cours des deux prochaines années, alors que la croissance des prix de l’immobilier commence à ralentir pour s’aligner davantage sur les données fondamentales de l’économie, a indiqué hier la Société canadienne d’hypothèques et de logement (SCHL).

Dans ses perspectives annuelles, l’agence nationale pour le logement prévoit une diminution des mises en chantier et des ventes en 2019 et en 2020.

Elle prévoit que les mises en chantier de logements individuels et de logements multiples reculeront entre 193 700 et 204 500 en 2019, tandis que les ventes devraient se situer entre 478 400 et 497 400. Les prix devraient quant à eux se situer entre 501 400 $ et 521 600 $.

L’agence s’attend à une diminution du nombre de mises en chantier de maisons individuelles en raison de plusieurs facteurs, notamment la disponibilité des lots, le prix des logements et la hausse des coûts d’emprunt.

Les mises en chantier de logements collectifs devraient également diminuer, en partie à cause du ralentissement anticipé de la croissance du groupe d’âge des 25 à 34 ans, qui représente une proportion importante des premiers acheteurs. Toutefois, une partie de la tendance à la baisse pourrait être contrebalancée par le vieillissement de la population, puisqu’un nombre plus élevé de personnes âgées pourraient envisager de se tourner vers des logements de plus petite taille.

L’agence s’attend à ce que la demande continue d’évoluer vers des options de logement relativement moins onéreuses, comme les copropriétés, par rapport aux maisons individuelles plus luxueuses.

— La Presse canadienne

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.