Ça s’explique

Végétarien, flexitarien, crudivore… alors, qu’est-ce qu’on mange ?

Chaque dimanche, l’équipe de Pause prend le temps d’expliquer une parcelle d’actualité.

Cette semaine, on s’intéresse aux régimes alimentaires parmi les plus répandus.

On invite toute la famille élargie pour une grande fête. Pour faire plaisir à tous les invités, on les questionne sur leurs préférences alimentaires. Une tante nous indique qu’elle est lactovégétarienne, une belle-sœur ne mange que des mets végétaliens et un cousin propose d’amener une salade, car il est crudivore.

Difficile à comprendre, tout cela ? Voyons voir de plus près en quoi consistent plusieurs de ces régimes alimentaires.

Tout d’abord, un végétarien ne mange généralement pas de viande. Cependant, tous les végétariens ne mettent pas les mêmes aliments dans leur assiette. Certains refusent de manger des œufs, d’autres excluent le lait ou même le miel de leur alimentation. Jetons un coup d’œil à ces différences.

L’ovo-lactovégétarisme

Il s’agit d’une forme très courante de végétarisme. Les ovo-lactovégétariens ne mangent aucune chair animale : ils éliminent donc la viande rouge, les charcuteries, la volaille, le poisson et les fruits de mer de leur alimentation. En contrepartie, ils mangent beaucoup de produits végétaux, comme des légumes, des fruits, des légumineuses, des céréales et des noix. Ils ajoutent aussi à leur assiette des aliments produits par les animaux, comme les œufs et le lait.

Le lactovégétarisme

Le lactovégétarien a une alimentation semblable au végétarien, mais il élimine les œufs de son menu. Il ajoute toutefois des produits laitiers comme le fromage, le yaourt et la crème glacée.

L’ovovégétarisme

Les personnes qui suivent ce régime éliminent les produits laitiers, mais mangent volontiers des œufs. Parfois, ces personnes ont du mal à digérer le lactose, un sucre que l’on retrouve dans les produits laitiers.

Le végétalisme

Les végétaliens, eux, ne mangent rien qui provient d’un animal, mort ou vivant. On ne retrouvera donc ni lait ni œufs dans leur réfrigérateur. Ils refusent parfois aussi de consommer des produits comme la laine ou encore le miel. Leur alimentation est composée de fruits, de légumes, de noix, de légumineuses, de champignons…

Ce n’est pas tout ! Il existe aussi toutes sortes de régimes inspirés de l’alimentation végétarienne. Certains permettent quelques exceptions…

Le pesco-végétarisme

Le pesco-végétarien élimine la viande rouge et la volaille de son alimentation, mais il mange du poisson et des produits de la mer. C’est une alimentation plutôt courante. Plusieurs personnes l’adoptent parce qu’il s’agit d’un régime un peu plus permissif que le végétarisme.

Le « flexitarisme »

Comme le terme l’indique, un « flexitarien » se montre… flexible ! Il limite sa consommation de viande, mais il accepte d’en manger à l’occasion. C’est une façon d’apprivoiser l’alimentation végétarienne, sans interdit. Une fois qu’ils ont découvert plusieurs repas sans viande, il arrive que les « flexitariens » décident de devenir complètement végétariens.

D’autres régimes avec ou sans viande comptent aussi de plus en plus d’adeptes. Puisqu’il est impossible de tous les énumérer, en voici deux parmi les plus populaires.

Le crudivorisme

Les crudivores ne mangent que des aliments crus. Certains acceptent une cuisson à très basse température, mais la plupart du temps, l’objectif des crudivores est de transformer le moins possible ce qu’ils mangent. Les fruits, les légumes et les noix occupent une grande place dans leur assiette, mais il arrive que certains ajoutent des œufs crus et de la viande crue à leur menu.

Le régime paléolithique

Ce type d’alimentation nous ramène à la préhistoire, à l’époque où les hommes devaient chasser du gibier et cueillir des fruits et des noix pour se nourrir. Les bienfaits de ce régime ne font pas l’unanimité, mais ceux qui l’adoptent estiment que le corps humain n’est pas conçu pour les aliments que l’on produit avec l’agriculture, comme les céréales (le blé, le maïs…) et les produits laitiers. Contrairement au végétarisme, ce régime inclut beaucoup (beaucoup) de viande.

Pourquoi tous ces régimes ?

Ne pourrions-nous pas être tous omnivores et manger de tout ? Ce n’est pas si simple. Ceux qui adoptent un régime végétarien ou végétalien le font parfois pour des raisons de santé. Le guide alimentaire canadien suggère d’ailleurs de manger régulièrement des substituts de la viande, comme des légumineuses et du tofu. Le sort des animaux préoccupe aussi de nombreux végétariens. La pollution engendrée par la production de viande et de certaines céréales soulève aussi des questions. Enfin, la pratique d’une religion peut, dans certains cas, dicter la consommation ou non de certains aliments.

On le voit : les raisons d’adopter un régime alimentaire peuvent varier énormément d’une personne à l’autre. De quoi alimenter les discussions à l’occasion du prochain grand repas familial !

Sources : Guide alimentaire canadien, La Presse, Extenso.org, Organisation mondiale de la santé, L’Équipe

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.