une moyenne de 1000 cas par jour depuis deux semaines

1279 nouveaux cas et 14 morts se sont ajoutés au bilan québécois, samedi

On a rapporté samedi 1279 nouveaux cas confirmés de COVID-19 et 14 morts liées au virus à travers la province.

Le ministère de la Santé et des Services sociaux précise que 6 décès sont survenus dans les 24 dernières heures, auxquels s’ajoutent 8 décès entre le 10 et le 15 octobre et 1 décès à une date non précisée. Un décès remontant à une date antérieure a été retiré du bilan, puisque l’enquête a démontré qu’il n’était pas attribuable à la COVID-19.

Au total, 6032 Québécois ont succombé à la COVID-19 depuis le début de la pandémie.

Samedi, on recensait 1279 cas enregistrés lors des dernières 24 heures, portant le total des contaminations dénombrées à 92 297.

Ce nouveau bilan peut sembler indiquer une hausse par rapport aux derniers jours, mais il s’inscrit dans le plateau observé depuis deux semaines maintenant. En effet, l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) corrige quotidiennement les cas en fonction de la date réelle où le test positif a été effectué, et cette répartition montre que la moyenne sur une semaine oscille autour de 1000 par jour depuis 15 jours maintenant.

Le nombre d’hospitalisations est toujours en hausse, avec 10 patients de plus que la veille. Selon le bilan, 54 personnes infectées ont été admises en centre hospitalier et 44 ont quitté l’hôpital. En tout, 517 personnes atteintes de la COVID-19 sont à l’hôpital. Parmi celles-ci, 85 sont aux soins intensifs, soit deux de moins que vendredi.

Les prélèvements réalisés le 15 octobre s’élèvent à 26 627.

Les 14 décès rapportés samedi sont répartis dans sept régions différentes. On déplore 3 morts à Laval et 3 autres décès en Montérégie.

Dans les Laurentides, au Saguenay–Lac-Saint-Jean et dans Chaudière-Appalaches, on rapporte deux décès pour chacune des régions.

Le bilan s’alourdit d’un mort à Montréal et d’un autre décès en Gaspésie.

Pour les zones déclarées rouges depuis peu, la plupart des restrictions associées à ce palier d’alerte – comme la fermeture des bars et restaurants – sont en vigueur depuis vendredi.

D’autres mesures touchant les milieux scolaire et sportif entreront en vigueur lundi.

C’est le cas pour la Montérégie, les MRC d’Arthabaska et de l’Érable au Centre-du-Québec et les MRC de Charlevoix et de Charlevoix-Est dans la région de Québec.

Effort supplémentaire requis

« Avant la pandémie, une personne avait en moyenne 8 contacts sociaux par jour. Ces contacts ont diminué à 3 durant le confinement et ont atteint un peu plus de 5 début septembre. Si chacun réduisait ses contacts sociaux de 1 par jour, ça pourrait faire toute la différence », a précisé le ministre de la Santé, Christian Dubé, samedi matin sur son compte Twitter, peu avant le dévoilement du bilan de la journée.

Les Québécois composent avec diverses restrictions depuis le début du mois pour freiner la flambée de cas à travers la province. Mais pour stabiliser l’épidémie, les citoyens devront en faire plus. C’est la conclusion de l’INSPQ dévoilée vendredi.

Si la courbe est susceptible de s’aplatir, les hospitalisations et les décès pourraient continuer d’alourdir le bilan.

Selon certains experts de l’INSPQ, il est primordial de réduire davantage les contacts non essentiels et d’observer en tout temps une distance d’au moins deux mètres.

On explique également que sans l’ajout des mesures sanitaires au début d’octobre, le Québec aurait pu connaître une croissance exponentielle des cas, des hospitalisations et des décès.

« Ce que ça montre, c’est que les efforts donnent des résultats », a commenté le ministre de la Santé lors d’un point de presse le jour même.

Le resserrement de certaines restrictions pourrait se poursuivre au-delà de la période initiale de 28 jours, a laissé entendre au cours de la semaine François Legault.

Le premier ministre avait alors évoqué son souhait de voir les jeunes continuer leurs activités sportives.

« On ne retournera pas au niveau de normalité du mois d’août […] Ce qu’on veut, c’est être capable de se rapprocher un peu de la normalité. »

— Avec Pierre-André Normandin, La Presse

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.