Billet

Une étoile est née

Des joueurs étoiles, les Steelers de Pittsburgh en ont eu plus que leur part dans les 50 dernières années. Mais aucun d’entre eux n’avait marqué quatre touchés au cours d’un même match. Pas Franco Harris ou Jerome Bettis, ni Lynn Swann, John Stallworth, Hines Ward ou Antonio Brown. Le Canadien Chase Claypool a réussi l’exploit, dimanche, à son quatrième match dans la NFL…

Claypool a été la grande étoile dans la victoire de 38-29 des Steelers contre les Eagles de Philadelphie, à Pittsburgh. L’ailier espacé originaire d’Abbotsford, en Colombie-Britannique, a capté 7 passes pour 110 verges et 3 touchés. Plusieurs de ses attrapés ont été à des moments-clés. Claypool avait marqué son premier touché de la journée avec une course de deux verges.

C’est un dénommé Roy Jefferson qui avait été le dernier joueur des Steelers à inscrire quatre touchés dans un match. C’était en 1968.

La capacité des Steelers à trouver de bons receveurs au repêchage ne date pas d’hier, et la sélection de Claypool le printemps dernier en est le plus récent exemple.

Claypool n’a été sélectionné qu’au 49e rang, alors que pas moins de 10 autres ailiers espacés ont été pris avant lui. Difficile à croire. L’ancien du Fighting Irish de Notre Dame est un colosse de 6 pi 4 po et 238 lb qui s’illustre également par sa vitesse. Les receveurs de ce type ne tombent pas des arbres.

Un an après son intervention chirurgicale au coude droit, Ben Roethlisberger a continué son beau début de saison en réussissant 27 de ses 34 passes pour 239 verges et 3 touchés. Il totalise maintenant 10 passes de touché contre une seule interception.

Avec une formation toujours aussi décimée par les blessures, les Eagles se sont bien battus. Ils ne tiraient de l’arrière que par deux petits points avec environ quatre minutes à jouer, mais le botteur Jake Elliott a raté une tentative de placement de 57 verges qui leur aurait donné les devants. Le quatrième touché de Claypool a achevé les Eagles quelques jeux plus tard.

Fulgham, aussi

Claypool n’a pas été le seul jeune receveur à se mettre en évidence au Heinz Field. Une semaine après avoir marqué le touché victorieux contre les 49ers de San Francisco, Travis Fulgham a cette fois mené les Eagles avec 10 attrapés et 152 verges de gains. Il a également réussi un majeur.

Choisi au sixième tour du repêchage de 2019 par les Lions de Detroit, Fulgham est en bonne voie de s’établir comme l’un des principaux receveurs des Eagles. La porte s’est ouverte avec les blessures d’Alshon Jeffery et de DeSean Jackson, et Fulgham a bien saisi sa chance, c’est le moins qu’on puisse dire.

Carson Wentz a mieux joué à ses deux dernières sorties, dont dimanche à Pittsburgh, qu’il l’avait fait lors des trois premières semaines de la saison. Vingt de ses 35 passes ont touché la cible, et il a fini sa journée de travail avec 258 verges et 2 touchés.

En contrepartie, Wentz a lancé deux autres interceptions et en totalise maintenant neuf depuis le début du calendrier, le pire rendement de la NFL à ce chapitre. L’attaque des Eagles étant plutôt limitée, Wentz devra commettre beaucoup moins d’erreurs.

L’attaque des Steelers a joué un bon match, même si elle a perdu les services de deux joueurs importants tôt dans la rencontre : le receveur Diontae Johnson (dos) et le garde Davide DeCastro (abdomen). La défense a toutefois été moins bonne, offrant une performance en demi-teintes face à une attaque qui était pourtant considérablement affaiblie par les blessures.

Le groupe du coordonnateur Keith Butler a toutefois fermé la porte lorsqu’il le fallait et a obtenu cinq sacs, en plus des deux interceptions du demi de coin Steven Nelson. Ce fut suffisant pour permettre aux Steelers d’amorcer la saison avec une fiche de 4-0 pour la première fois depuis 1979.

La surprise de la saison

Il y a eu quelques surprises depuis le début de la saison, mais ce sont les Raiders de Las Vegas qui ont réalisé la plus grande, dimanche à Kansas City. Une semaine après avoir dit qu’il était tanné de perdre, Derek Carr est allé battre Patrick Mahomes et les Chiefs au Arrowhead Stadium, 40-32.

Mahomes a réalisé quelques superbes passes, mais dans l’ensemble, Carr lui a été supérieur. Le quart-arrière des Raiders a réussi 22 de ses 31 passes pour 347 verges et 3 touchés, tandis que Mahomes n’a réussi que 22 de ses 43 lancers pour 340 verges, 2 touchés et 1 interception.

Les Chiefs ont-ils été coupables d’un excès de confiance ? C’est possible. Mais les Raiders jouent du bon football depuis le début de la saison. Il serait tout de même assez étonnant qu’ils chauffent les Chiefs au sommet de l’Ouest de l’Américaine, mais une participation aux séries éliminatoires à titre de meilleurs deuxièmes est un objectif très réaliste pour Jon Gruden et ses hommes.

Prescott blessé sérieusement

C’est le genre de blessure qu’on ne veut pas voir deux fois. La saison de Dak Prescott a abruptement pris fin lorsqu’il s’est fracturé la cheville droite à la suite d’un plaqué du demi défensif Logan Ryan, dimanche. Prescott a été transporté à l’hôpital et devait être opéré, dimanche soir, selon ce que rapportait ESPN.

Étonnamment, Prescott ne semblait pas ébranlé dans les minutes qui ont suivi la blessure alors que le personnel médical des Cowboys était autour de lui. Les émotions ont toutefois gagné le quart-arrière des Cowboys, qui a quitté le terrain en larmes dans une voiturette sous les applaudissements de la foule du stade AT&T.

Prescott connaissait une excellente saison et menait la NFL pour les verges par la passe avec 1690 après les quatre premières semaines de la saison. C’est le vétéran Andy Dalton qui a pris la relève alors qu’il restait 6 min 33 s à jouer au troisième quart.

C’était la première fois que Dalton jouait dans un match pour les Cowboys et l’ancien des Bengals de Cincinnati a fait un travail convenable. Les Cowboys l’ont emporté, 37-34, grâce à un placement de 34 verges de Greg Zuerlein à la fin du match. Une bien mince consolation après avoir perdu les services de leur meilleur joueur.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.